La Motte Féodale de Vrasville

Il ne reste pas grand chose de la motte féodale de Vrasville. On aperçoit encore depuis le cimetière une portion de terre surélevée mais qui passerait totalement inaperçue sans les témoignages des archives. Voici ce qu’en dit Charles de Gerville en 1824 :

Vrasville

          La petite commune de Vrasville, peu éloignée de la précédente [Gonneville], est située au bord de la mer entre Cherbourg et Barfleur, à une lieu environ au nord du bourg de Saint-Pierre; j’y ai remarqué tout près de l’église l’emplacement d’une ancienne forteresse qui ne semble se rattacher à aucun nom, ni à aucun souvenir historique, ni à aucune tradition du pays; j’y ai remarqué au nord de l’église une motte ou tertre factice ayant à peu près la forme d’un cône évasé, dont le sommet aplati a environ 150 pieds de diamètre.

          En examinant le fossé qui l’entoure, on voit facilement que la terre ôtée pour former son excavation a servi à faire en grande partie le tertre dont je viens de parler. Sur son sommet on voyait naguère l’emplacement d’un puits.

          Ce tertre est connu dans le canton sous le nom de motte de Vrasville. C’est probablement l’emplacement d’un ancien castel. On en trouve du même genre, et dont l’origine est incontestable, à Grenneville entre Valognes et la Hougue, à Bohon près de Carentan, et au Plessis, canton de Périers, à mi-chemin de Valognes à Coutances.

          Encore plus près de l’église de Vrasville, j’ai remarqué l’emplacement d’un autre retranchement. Celui-ci forme une ligne droite, et faisait sans doute partie du castel auquel il est contigu. Il s’appelle également la motte de Vrasville.

          Je n’ai trouvé que très peu de traces de maçonnerie sur ces deux retranchements ; mais il y existait autrefois des bâtiments dont les pierres ont servi à construire les maisons voisines.

          Par différents titres, je trouve que pendant longtemps les barons de Néhou possédèrent autrefois la seigneurie de Vrasville. Voici ce que j’en trouve dans le livre noir de l’évêché de Coutances, rédigé au milieu du XIIIè. siècle.

          « Eutia de Evrasville patronus Dominus de Nigelli humo (Néhou. C’était alors Guillaume de Vernon). Rector percipit omnia »

          Deux siècles après la confection du livre noir, les barons de Néhou étaient encore seigneurs de Vrasville. Un de ces seigneurs (Artur de Villequier) y mourut en 1486; il fut inhumé dans le haut du Choeur de l’église, du côté de l’évangile.

          On y lisait son épitaphe.avant la révolution. Elle a été effacée, et sa place couverte avec de la chaux. Une femme âgée de 97 ans me l’a répétée entièrement.

          En 1666, le roi avait, comme propriétaire de la baronnie de Néhou, le patronage de l’église de Vrasville. En 1757, il appartenait au duc de Penthièvre(1), comme concessionnaire de la même baronnie.

in : Anciens Châteaux de l’Arrondissement de Cherbourg, par M. de Gerville, pp.217-219

Mémoires de la Société des Antiquaires de la Normandie, 1824, Première partie. A Caen chez Mancel libraire-éditeur. A Paris chez Ponthieu et Delaunay, Palais Royal, et chez les principaux libraires de Normandie. MDCCCXXV

Liste complète des Anciens Châteaux de Gerville : ici

(1)  Registre des Bénéfices du diocèse de Coutances en 1666 et 1737. Archives du château de Saint-Sauveur-le-Vicomte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.