La Hougue

Si la Hougue n’est pas à proprement parler un château médiéval, Gerville laisse entendre qu’il y a bien des traces dans les archives anciennes de fortifications antérieures à l’ouvrage de Vauban. L’occasion de faire le point sur ce qu’on sait de cet endroit bien connu :

LA HOUGUE.     

          Ce lieu devrait plutôt figurer dans les annales de la marine que dans celles des châteaux, et j’ai balancé à l’admettre ici. Cependant, comme il est probable qu’il y avait une forteresse dès le temps des ducs de Normandie, comme il est constant qu »il y en a eu une depuis le XIVe. siècle, je n’ai pas cru pouvoir me dispenser de lui donner une place parmi les anciens châteaux-forts du pays: de grands souvenirs historiques se rattachent à cette localité; je vais les indiquer sommairement ; ceux qui désireront des détails que le grand nombre de nos forteresses ne me permet pas de donner, pourront les trouver dans les auteurs et les renseignements que je vais citer.

          Il n’est besoin que de voir la grande baie de la Hougue, pour se convaincre de la facilité d’y opérer, sur presque tous les points,des débarquements formidables; de là la nécessité d’y construire des forteresses pour garantir le pays.

          L’histoire a prouvé que les moyens de s’opposer aux ennemis maritimes y ont toujours été insuffisants. Je vais vous marquer l’époque des principales descentes opérées dans cette baie, les forteresses dont parlent les historiens et surtout l’origine de ces belles tours bien mieux calculées, il semble, pour le plaisir des dessinateurs de marine que pour la terreur des ennemis.

          La première mention que je trouve de la Hougue, est du XIIe siècle: le roi Étienne y vint descendre, en 1137 (1) avec une suite nombreuse.

          Ceci, me direz-vous, fait bien voir que la Hougue était alors un lieu de débarquement; mais rien ne prouve encore qu’il y eût une forteresse. J’en conviens, et je ne donne ce fait que comme une indication qui suffira peut-être à rechercher, soit dans le cartulaire de l’Abbaye aux Dames de Caen, qui avait jadis la seigneurie de la Hougue, soit dans des titres particuliers, des preuves positives qu’il y avait alors des retranchements pour défendre le port.

          Je ne trouve cette preuve que dans le XIVe. siècle, en 1346, quand Édouard III descendit à la Hougue: les anciennes éditions de Froissart disent que ce port était défendu par un fort, nommé l’Isle-Madame, je ne comprends pas assez parfaitement ce passage.

          Ce pouvait être l’emplacement du fort actuel de la Hougue, qui forme une espèce d’île, ou bien l’île de Tatihou, qui n’en est pas loin, et ce lieu pouvait tirer son nom, ou de ce qu’il était possédé par l’abbesse de Caen, ou de ce qu’il y avait une chapelle de la Vierge.

          Quoi qu’il en soit, il ne pouvait pas être loin du port, à une époque où il n’y avait probablement pas encore de canon dans une pareille forteresse.

          Si j’ai quelque peine à indiquer bien positivement le fort qui défendait la Hougue alors, je pourrais facilement me dédommager sur les preuves de l’importance de son commerce. Quelques années avant la descente d‘Edouard III, ce port avait fourni dix vaisseaux pour sa part de la flotte qui fut battue à l »Ecluse, en 1340 (2), tandis que Barfleur n’en fournit que neuf et Cherbourg quatre.

          Un témoin oculaire qui accompagna le roi Edouard à cette expédition, dit qu’il y avait alors dans le port de la Hougue onze navires, desquieux huit avaient Chastel devant et
derrière
(3).

         Le nombre des vaisseaux de la flotte anglaise qui opéra la descente est prodigieux. Le dernier éditeur de Froissart, d’après Knyghton , le porte à onze cents (4), non compris six cents petits bâtiments destinés à porter des approvisionnements.

         Je ne donnerai pas le détail des autres descentes faites à la Hougue par les Anglais, en 1405 et 1412 (5). Le comte de Montgommery y descendit encore, en 1574, avec une armée de cinq mille protestants français et anglais, que la reine Elisabeth envoyait en Normandie , pour
y rétablir les affaires de ce parti (6), qui fut anéanti peu après par le maréchal de Matignon.

          Par une enquête faite, en 1578, devant le Juge de Valognes, pour constater les pertes
éprouvées, en 1562, par le seigneur de l’Estre, on voit qu’il y avait alors du canon à Tatihou, puisque c’était en allant y en chercher pour battre le château de Valognes, que les huguenots pillèrent (7) celui de l’Estre.

          Environ un siècle auparavant, l’amiral de Bourbon, seigneur de la Hougue, y avait fait faire
des travaux, et avait présenté au gouvernement un projet pour fortifier davantage cette place, et pour y établir un port très considérable (8). On a en plus d’une occasion de regretter que ces 4 projets n’aient pas eu d »exécution.

          L’insuffisance des fortifications se fit particulièrement sentir, en 1692, lorsqu’après la bataille de la Hougue les ennemis détruisirent le vaisseau principal de la flotte française, jusque sous le canon des forts.

          En 1694, la belle tour de la Hougue fut construite par M. de Combe, d’après le plan du fameux Vauban; celle (9) de Tatihou est du même temps. J’ignore jusqu’à quel point ces nouveaux ouvrages pourraient garantir la place d’une attaque sérieuse.

          Ce qu’il y a de plus constant, c’est que, depuis ces derniers travaux, l’ensemble de la Hougue offre aux dessinateurs une superbe perspective; La position du fort, les tours comparables aux plus pittoresques donjions, les variations de la mer, les effets de lumière,  les côtes du Bessin dans le lointain, tout en fait un sujet digne du pinceau de Vernet, surtout quand le soleil passe au couchant ,et que la mer est pleine.

          Je pourrais rapporter les noms de plusieurs seigneurs de la Hougue, mais les renseignements que j’ai pu obtenir jusqu’à présent, fournissent une nomenclature trop vague et trop incertaine pour vous êtes offerte.

          Le nom de l’amiral de Bourbon, que je vous ai déjà cité, est sous tous les rapports le plus distingué et le plus recommandable: peu de personnes ont fait plus de bien que lui à l’arrondissement de Valognes, et notamment à la Hougue. Plût à Dieu que ses projets pour y faire le premier port de la Manche, à peu de frais, eussent été accueillis ! nous n’aurions probablement pas à déplorer les désastres d’une de nos plus fatales batailles, et la décadence successive de la marine française

in : Anciens Châteaux de l’Arrondissement de Cherbourg, par M. de Gerville, pp.325-331

Mémoires de la Société des Antiquaires de la Normandie, 1824, Première partie. A Caen chez Mancel libraire-éditeur. A Paris chez Ponthieu et Delaunay, Palais Royal, et chez les principaux libraires de Normandie. MDCCCXXV

Liste complète des Anciens Châteaux de Gerville : ici

(1) Ogas cum magno comitatu applicuit; Ord. Vital, apd. Norm. Script., p.909.

(2) Compte de François de l’Ospital, clerc des arbalestriers, citè par M. Traullé, dans son Hist. du commerce d’Abbeville. On a aussi en Angleterre la liste des vaisseaux qui assiégèrent Calais, et la contribution de chaque port.

(3) Michel de Northbury, cité par M. Dacier, dans le Froissart, édit. Buchon, tom. 2, p. 299 et suivantes.

(4) Froissart, éd. Buchon, tom. 2 p. 394.

(5) Villaret, Hist. de Fr. Ledyard, Hist. Navale, tome 1, p. 136.

(6) Hist. du maréchal de Matignon, p. 120

(7) Je possède l’original de cette enquête.

(8) Garnier, Hist. de France, tome 18, p. 105 et 106. On m’a dit que les plans de ce projet existent encore à l’hôtel de Soubise, à Paris.

(9) Renseignements du génie militaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.