Le Château de St Sauveur le Vicomte

Le château de St Sauveur, place forte des anciens vicomtes du Cotentin, est le témoignage de l’ancienne puissance de la famille de même nom, il est aujourd’hui régulièrement restauré. Voici ce qu’en disait Gerville en 1824 dans ses anciens châteaux : 

SAINT-SAUVEUR-LE-VICOMTE.

          A une lieue au dessous du château de Néhou, en suivant le cours de l’Ouve, on trouve les ruines du château de Saint-Sauveur, dont celui-ci avait été un démembrement. De tous les anciens châteaux du département, aucun ne réunit plus des circonstances qui sont faites pour attirer l’attention de ceux qui font des recherches sur cette sorte de monuments.

          Une grande antiquité, une importance constante, des ruines qu’on peut encore étudier, les moyens de défense usités au moyen âge, un plan presque entier, des renseignements positifs sur ses possesseurs, les sièges qu’il a soutenus, ses temps de splendeur et de décadence : tout concourt à rendre intéressant cet article. Je dois y donner une attention particulière.

          En parlant de l’origine du château de Néhou, j’ai indiqué celle de Saint-Sauveur. Elle remonte à l’année même du traité de Saint-Clair-sur-Epte, qui assura à Rollon la possession tranquille de la Normandie. On voit, dans les archives du château, qu’à la division de la province, Richard, un des principaux capitaines normands, eut pour sa part le territoire de Saint-Sauveur avec de grandes dépendances, dont Néhou faisait partie (1).

          Avant la Révolution, on voyait, aux archives du château de Saint-Sauveur, une copie de la concession de ce domaine, couvert de bois et composé de marais et de terres sèches, situé en Cotentin, près de la rivière d’Ouve, donné à titre d’honneur avec obligation d’hommage et de service militaire (2). Cet acte, écrit en latin comme tous ceux de cette époque, était daté de l’an 912, que fut conclu le traité de Saint-Clair.

          Immédiatement après cette concession, Richard jeta les fondements du château de Saint-Sauveur. En 915, il y fit construire une chapelle, qui fut consacrée, en 914, par Herbert, Évêque de Coutances, sous l’invocation de la Sainte-Trinité et de Saint-Sauveur (3).

          Quelques années après, Richard donna à son fils Néel le territoire qui prit le nom de Néhou (habitation de Néel) (4).

          Ce fut ce Néel qui, vers 958, fut honoré par Guillaume-Longue-épée, du titre de vicomte du Cotentin, dignité qui devint héréditaire dans sa postérité, et qui a fait donner à Saint-Sauveur le surnom de le-Vicomte (5).

          Il existait naguère (peut-être existe-t il encore), aux archives du Mont-Saint-Michel, déposées provisoirement à bibliothèque de la ville d’Avranches, une charte de Néel , qui aumône à cette abbaye ses bois situés dans l’île de Serk (peut-être Guernesey, Sarnia?). Cette charte est de l’an 942.

          Jusqu’au milieu de l’XIe. siècle, Saint-Sauveur avait été la résidence du chef héréditaire de tout le pays qui comprend aujourd’hui le département de la Manche. La révolte d’un de ses seigneurs, qui portait encore le nom de Néel, le fit descendre au second rang.

          En 1047, le duc Guillaume, vainqueur à la bataille du val des Dunes, força Néel à s’expatrier, et donna la place qu’il occupait à Robert, comte de Mortain, qui commanda les troupes du Cotentin, destinées à suivre le Conquérant en Angleterre.

          A son retour en Normandie, Néel fut trop heureux d’y retrouver une partie de ses anciens domaines, le château de Saint-Sauveur, qui subsista longtemps après la démolition du château de Mortain, et devint une des plus importantes forteresses de la Normandie.

          La première époque de l’existence du château est celle des Néel: quatre ou cinq portèrent ce nom ; celui qui bâtit, en 920, un château à Néhou, celui qui défit les Anglais près de Barfleur, en 1002, celui qui se révolta contre le duc Guillaume, en 1045, celui enfin qui en mourant vers
toge , ne laissa qu’une héritière. Je présume qu’on en trouverait aisément un cinquième.

          Le XIIe. siècle vit cette grande baronnie passer dans la famille de Tesson, par le mariage de l’héritière des Néel avec Jourdain Tesson.

          Un autre mariage la porta dans la famille d’Harcourt. La révolte de Geoffroy d’Harcourt y amena les Anglais, au milieu du XIVe. siècle; ils s’y maintinrent avec quelques alternatives jusqu’en 1450. Après quelques concessions, ce domaine fut réuni à celui de la couronne: il fut de nouveau concédé par Louis XIV; à l’époque de la Révolution, il l’était encore: nous allons examiner ces différentes périodes de son histoire.

          La descente des Anglais à Barfleur et leur défaite par Néel de Saint-Sauveur, vicomte du Cotentin, sont rapportées par Guillaume de Jumiège (6). L’historien s’étend avec beaucoup de complaisance sur la grandeur des préparatifs du roi Ethelred, sur l’extrême confiance que lui inspiraient ses forces, et sur leur destruction à peu près entière par les Cotentinois, sous le commandement de Néel de Saint-Sauveur. Je ne puis que vous indiquer ces détails, qui allongeraient trop ma lettre; j’aurai d’ailleurs occasion de rapporter encore ce fait, à l’article de Barfleur.

          Il n’y avait pas longtemps que ce Néel était seigneur de Saint-Sauveur ; car je trouve dans les archives du château, que Richard, deuxième du nom, baron de ce lieu, y établit dans son château une collégiale en 998, que cette collégiale avait quatre prébendes, et que Hugues, évêque de Coutances, confirma cet établissement.

          C’était alors une espèce de mode, d’avoir des collégiales dans les grands châteaux: nous en verrons une à Mortain, et nous avons déjà vu que les seigneurs de Néhou, ancien dédoublement de Saint-Sauveur, ne voulurent pas à cet égard rester en arrière de ceux qui avaient été leurs suzerains (7).

          Dans une lettre sur nos abbayes, dont vous avez une copie à la préfecture, j’ai parlé de Néel, qui prit les armes contre le duc Guillaume; de sa défaite et de celle des barons du Bessin et du Cotentin, au val des Dunes; de sa fuite, de son retour, de la fondation de l’abbaye de Saint-Sauveur. Je ne répèterai pas ce que j’en ai dit : je passe à l’époque de la conquête.

          Dans quelques listes de cette expédition, je trouve le nom de Saint-Sauveur; Brompton écrit même Sauzaver (8). J’aurais balancé a faire l’application de ce nom à un seigneur de Saint-Sauveur-le-Vicomte, si Masseville n’avait dit positivement le seigneur de Saint-Sauveur, vicomte (9) de Cotentin. Masseville même ne ferait pas une autorité suffisante; mais le poète Wace dit encore

Et Néel de Saint-Sauveur,
Assault Anglès a grant vigour.

          Si je suis un peu embarrassé de dire quel rôle le baron de Saint-Sauveur joua à la conquête je le suis encore plus de dire ce qu’il devint en Angleterre.

          Un seigneur qui, en Normandie, tenait un des premiers rangs, qui avait combattu a grant vigour, à Hastings, a dû être récompensé largement, dans un pays où le roi donnait à ses compagnons d’armes des seigneuries par centaines(10).

          Et cependant j’ai eu beau chercher Néel dans bien des A comtés , je n’ai pu encore le trouver. Cela vient-il de ce que je n’ai pas le Domesday Book, ou de ce que Néel aurait changé de nom en Angleterre? Il y a là pour moi un embarras qui n’est peut-être pas grand, mais je n’en aurais pas moins d’obligation à ceux qui voudraient m’aider à le surmonter. J’ai bien trouvé, dans un historien judicieux qui cite généralement ses autorités (11), que Néel Vicomte du Cotentin, fut tué en 1074, dans un combat près de Cardiff, dans le pays de Galles.

          Je me suis procuré tout exprès une histoire détaillée du Cardiff, et je n’y ai rien, trouvé de semblable; cependant, je le répète, il n’est pas possible que Néel ait été relégué parmi d’obscurs concessionnaires. C’est une énigme dont je demande bien instamment le mot.

          Le livre noir de l’évêché de Coutances nous apprend qu’un autre Néel de Saint-Sauveur mourut, en 1092, au mois d’août, et que Geoffroy de Montbray son parent, vint l’inhumer le jour de l’Assomption (12).

          Entre l’époque de la conquête et le dernier des Néel, je ne trouve rien de particulier au château, sinon que le monastère, qui était dans son enceinte, fut transféré au lieu ou l’on en voit encore, les restes.

          L’héritière des Néel, nommée Lætitia, porta en mariage à Jourdain Tesson les grands biens de son père. La famille de ce dernier n’était ni moins riche ni moins puissante que celle des anciens seigneurs de Saint-Sauveur.

Une ancienne chronique dit que les Tesson possédaient jadis le tiers pied de la Normandie; mais ce n’est pas ici le lieu d’entrer dans des détails sur l’origine et sur les grands biens de cette famille.

          La branche qui possédait Saint-Sauveur-le-Vicomte avait aussi dans le département une autre forteresse appelée la Roche Tesson. En parlant de ce château, je donnerai quelques détails sur ceux dont il porte le nom; aujourd’hui je m’occuperai exclusivement du château de Saint-Sauveur, qu’ils acquirent à la fin de l’XIe siècle, et que la dernière héritière de leur nom porta en mariage, à la fin du XIIe., dans la famille d’Harcourt.

          Le siècle des Tesson (si je puis parler ainsi) fut pour Saint-Sauveur un siècle de paix et de bonheur. Leurs noms figurent bien plus dans les annales de l’abbaye que dans celles du château; ils se retrouvent à chaque page du cartulaire.

          La construction et la dédicace du monastère semblent avoir attiré toute leur attention; quelle différence entre leur temps et celui qui s’écoula depuis 1540 jusqu’en 1450 ! Mais n’anticipons pas sur ce siècle de calamités et de désastres.

          On voit, par le livre rouge de l’échiquier, qu’un Jourdain Tesson, alors possesseur de Saint-Sauveur, avait dans le Bessin des seigneuries bien plus considérables; il devait pour la baronnie de Saint-Sauveur le service de trois chevaliers, tandis qu’il était taxé a dix pour celle de Trévières.

          Jourdain Tesson mourut en 1178; son fils Raoul lui succéda (13) ; Mathilde (ou Jeanne), fille de celui-ci, épousa Richard d’Harcourt, en 1198 , et lui apporta en mariage le grand domaine de Saint-Sauveur-le-Vicomte (14).

          C’est probablement ce Richard qui possédait la baronnie, quand le roi Philippe-Auguste fit dresser l’état de ses fiefs de Normandie (15); le fief d’Anvers était alors séparé de celui de Saint-Sauveur, dont il formait la cinquième partie.

          Si, au temps des Tesson et des premiers Harcourt, la baronnie de Saint-Sauveur perdit une partie de son importance, si la révolte de Geoffroy fit confisquer le domaine de cette châtellenie, il n’en fut pas ainsi du château. C’est aux suites de cette révolte qu’il fut en grande partie redevable de l’importance qu’il acquit pendant un siècle entier.

          Ce fut particulièrement dans le XIVe siècle que ce château devint une des plus redoutables forteresses de la Norrnandie. Les premiers Harcourt qui Ïui l’avaient possédé s’étaient plus occupés du soin paisible d’achever et d’embellir l’abbaye que d’augmenter les fortifications de leur château, à une époque où le pays n’avait aucune guerre à soutenir ; mais Geoffroy d’Harcourt, avec des inclinations guerrières, et des talents militaires qu’il avait développés dans la guerre de Flandre, en 1528, s’occupa du soin de fortifier Saint-Sauveur, et en fit une des meilleures places de ce pays (16).

          Malheureusement tous ses travaux et ses talents furent bientôt tournés contre sa patrie. Geoffroy, mécontent du Roi, dont il crut avoir à se plaindre, entra dans une conspiration contre l’État : elle fut découverte, et, pour éviter le sort d’une partie de ses complices, qui furent décapités , il passa en Angleterre, excita les mécontentements du roi Édouard III, contre Philippe de Valois, et vint, en 1346, descendre à la Hougue, avec l’armée anglaise (17), avec laquelle il ravagea le Cotentin, et pilla ou brûla tout, hormis ses domaines.

          Dans cet expédition cependant, les Anglais ne formèrent aucun établissement dans le Cotentin, et n’y laissèrent aucune garnison; mais, en 1356, la défaite de Poitiers et la prison du roi Jean donnèrent à Geoffroy la liberté de revenir impunément a Saint-Sauveur. Là, à la tête d’une garnison nombreuse et bien aguerrie , il devint bientôt le fléau de toute la basse Normandie, qu’il parcourait et ravageait sans opposition.

           Cependant les plaintes réitérées de la province engagèrent les états du royaume à lui opposer des forces supérieures; elles le forcèrent à lever le siège de Coutances , l’atteignirent dans sa retraite et le défirent entièrement (18).

          Geoffroy fut tué en combattant avec une valeur digne d’une meilleure cause; les débris de sa troupe se retirèrent au château de Saint-Sauveur, trop fort pour que les vainqueurs pussent les y attaquer.

          Après la mort de Geoffroy, les Anglais conservèrent la possession de cette forteresse (19) ; ils en renforcèrent la garnison. Par le traité de Bretigny, il fut stipulé que le roi d’Angleterre pourrait (une fois seulement) donner a qui il lui plairait la jouissance des biens qui avaient appartenu a Geoffroy d’Harcourt.

          Conformément à ce traité , Édouard III donna le château de Saint-Sauveur au sire Jean Chandos, le plus fameux de ses guerriers; avant cette donation, la garnison de Saint-Sauveur avait été renforcée de 400 Anglais, sous le commandement de Jehan de Lisle, qui fut remplacé par Étienne Lushington (20).

          Peu de temps après la concession que lui en avait faite le roi d’Angleterre, Jean Chandos vint prendre possession du château de Saint-Sauveur, dont il fit refaire les fortifications (21). J’adoucis l’expression anglaise bâtit le château, car je ne crois pas qu’il l’ait entièrement bâti.

          Les parties les plus remarquables de son travail sont la grosse tour carrée, appelée le Donjon, et la grande porte de l’enceinte intérieure; l’une et l’autre subsistent encore aujourd’hui, et sont marquées sur le plan que je joins à cette lettre, avec une vue du château.

          Depuis ces nouveaux travaux, Saint-Sauveur devint, après Cherbourg, la place la plus importante que les Anglais eussent en Normandie; on voit, par les actes de Rymer, qu’ils y entretenaient avec soin une garnison nombreuse.

         En 1374, sur les plaintes portées par les trois états de la province, le roi Charles V envoya l’amiral Jean de Vienne, avec une armée, pour bloquer d’abord, et puis pour assiéger le château de Saint-Sauveur-le-Vicomte.

         Après un siège long et meurtrier, il se fit avec la garnison anglaise un compromis, portant qu’au moyen d’une somme d’argent, payable au mois de juillet 1375, la place serait remise au roi de France. L’amiral de Vienne réunit à Bayeux les trois états de la province (22).

          Il existe, aux archives du département, un très long rôle en parchemin, contenant une enquête où se trouvent des détails curieux et inconnus sur ce siège de Saint-Sauveur. En parlant des monastères du département, sur lesquels vous avez une copie de mon travail, j‘ai indiqué cette pièce intéressante ; je ne puis trop en recommander la conservation. J’en ai fait des extraits aussi copieux que le temps a pu me le permettre.

         On voit, par un traité conclu à Bruges, en 1375, que les légats du pape furent choisis pour dépositaires de l’argent et de la forteresse (23); ils la rendirent à la France, et remirent aux Anglais la somme convenue.

         Quelques années après, Charles V donna à son Chambellan, le sire Bureau de la Rivière, la châtellenie de Saint-Sauveur, Néhou, Anvers et autres dépendances (24).

         Du sire Bureau de la Rivière, la châtellenie de Saint-Sauveur passa,en 1392, à Jean,sire d’lvry (25), qui, en 1415, fut tué à la bataille d’Azincourt. On trouve, dans les preuves de l’histoire de la maison d’Harcourt, une donation de Saint-Sauveur, faite par le roi Charles VI, au comte
d’Harcourt, pour en jouir sa vie durant, ainsi que l’avait fait le seigneur d’Ivry, dernier trespassé, à qui pareillement nous l’avions donnée sa vie durant (26).

          Cette donation, datée du 7 septembre 1418, fut sans effet. Les Anglais commandés par Jean de Robessart et Guillaume de Beauchamp, s’emparèrent du château. Robert de Tresville en était alors commandant (27).

         Les Anglais le gardèrent jusqu’en 1450. Voici comment un historien contemporain rapporte ce dernier siège de Saint-Sauveur.

         Après la victoire de Formigny, le Connétable se retira à Bayeux , et envoya Jacques de Luxembourg, son lieutenant, et Odet d’Aidye en sa compagnie, avec trente lances, mettre le siège devant Saint-Sauveur-le-Vicomte, qui est une moult belle place et une des plus fortes de Normandie, devant laquelle demourèrent trois jours.

          De laquelle place était capitaine le sire de Robessart, baron du Haynault, avec deux cents combattants anglais… et firent de grandes approches et tranchées; en faisant lesquelles fut tué d’un canon un vaillant écuyer du Berry, nommé Jean de Blanchefort, qui fut moult plaint…. et tantost après les Anglais voyant eux si oppressés…. rendirent la place, et eurent leurs biens saufs let huit jours de vuidange (28).

          Chartier ajoute que les assiégeants ne tirèrent pas un coup de canon, car leur artillerie était restée à Bayeux.

          Depuis ce siège, le château de Saint-Sauveur perdit toute son importance; l’introduction de l’artillerie dans l’attaque des places eût rendu inutiles toutes ses fortifications, élevées à une époque où elle était à peine connue,et commandées de tous les côtés à une petite distance.

         Aussi voit-on qu’en 1562 le comte de Matignon le range parmi les places où il recommande de mettre seulement une garnison de trente hommes (29). En 1574, le comte de Montgommery s’en saisit avec la plus grande facilité ; il fut repris de même par les troupes royales, après la réduction de Saint-Lô et la prise de Montgommery.

          Depuis ce temps , je ne trouve pas qu’on ait regardé Saint-Sauveur comme une forteresse. En 1685, un hôpital fut établi dans l’enceinte même de ce château (30) par les soins du père Chaudran, jésuite : cet établissement subsiste encore; mais, extrêmement appauvri par la Révolutien, il est réduit à un triste état de dénuement.

          Les anciennes fortifications, qui depuis deux siècles ont cessé d’être entretenues, se sont successivement dégradées; une grande partie est tombée en ruines. Cependant l’établissement de l’hospice a encore fait faire quelques travaux d’entretien et de clôture, qu’on ne trouve plus aux autres anciens châteaux.

          On peut encore suivre la trace de ses enceintes et en indiquer les principaux traits. Le plan que je vous envoie a été levé dernièrement avec beaucoup de soin par M. Langlois de Longueville, capitaine d’infanterie; le même en a dessiné et lithographié une vue, il y a peu d’années ; une autre vue avait été dessinée, quelques années avant la révolution, par M. de Montressel, officier d’infanterie; plusieurs parties de son dessin ont le mérite de représenter des objets qui n’existent plus; j’en ai fait dessiner une autre vue par M. le Maître, de Valognes. Enfin, j’en possède une belle gravure dans le grand ouvrage de M. Cotman, intitulé Architectural Antiquities of Normandy.

          Après la reprise de Saint-Sauveur sur les Anglais, en 1450, la baronnie fut concédée à Adrien de Villequier, chambellan du roi Charles VII, et à ses descendants , jusqu’à défaut d’hoirs mâles (31) Artur, Antoine et Baptiste de Villequier, la possédèrent successivement jusqu’1528, où, faute d’héritiers aptes à succéder, elle fut réunie à la couronne.

          En 1572, elle fut engagée de nouveau par Charles IX, à Christophe de Bassompierre, et en 1596 à François de Bassompierre, maréchal de France. Celui-ci en fut dépossédé en 1607, par Jean Frédéric, duc de Wurtemberg. Elle revint en 1612 à la reine mère, qui l’aliéna en 1620 à Jean Phelipeaux de Villesavey; onze ans après,elle vint à la famille des La Guiche-Saint Géran, qui la conservèrent jusqu’en 1669; elle fut alors réunie à la couronne, et engagée,en 1698, par Louis XIV, à Louis-Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse, son fils naturel, de qui elle passa au duc de Penthièvre, et enfin par mariage à Louis-Phiiippe-Joseph, duc d’0rléans (Égalité), qui la possédait au moment de la révolution (32).

          En vous parlant du château de Saint-Sauveur, j’ai été forcé d’abréger les renseignements copieux que je me suis procurés; si cet article vous semble encore trop long, il faut s’en prendre à l’embarras des richesses.

          Pour mon compte, je suis loin de me plaindre d’un pareil embarras; plût à Dieu que je l’eusse plus souvent! Je ne serais pas réduit à vous offrir des probabilités ou à hasarder des conjectures ; je ne serais pas quelquefois obligé à garder le silence le plus absolu ou à vous dire simplement: « un compagnon de Guillaume le-Conquérant était seigneur de telle ou telle paroisse; on doit donc y retrouver au moins l’emplacement d’un ancien château, et cependant j’ai eu beau l’y chercher, je n’en suis pas plus avancé »; mais comme mes conjectures même les plus hasardées peuvent conduire à des recherches plus heureuses, je continuerai à en hasarder quelquefois afin de mettre sur la voie.

in : Anciens Châteaux de l’Arrondissement de Cherbourg, par M. de Gerville, pp.279-298

Mémoires de la Société des Antiquaires de la Normandie, 1824, Première partie. A Caen chez Mancel libraire-éditeur. A Paris chez Ponthieu et Delaunay, Palais Royal, et chez les principaux libraires de Normandie. MDCCCXXV

Liste complète des Anciens Châteaux de Gerville : ici

(1)  V. Masseville, Hist de Normand. , tom. 3, p.14.

(2) Extrait des archives du château de Saint-Sauveur.

(3) Ibid.

(4) Ib. et Sup. , p. 15.

(5) L’auteur d’une notice sur Saint-Sauveur , imprimée dans l’almanach du département pour 1822, a commis de grandes erreurs il prétend qu’on n’a point de notes sur son origine; que Saint-Sauveur tire son surnom de Geoffroy d’Harcourt, qui en était vicomte en 1328; il y a dans ce passage autant d’erreurs que de mots. On a beaucoup de renseignements sur l’origine de Saint-Sauveur : il était nommé quatre siècles avant Geoffroy d’Harcourt. Tous les anciens historiens de Normandie citent le titre de vicomte du Cotentin, et notamment Guillaume de Jumiège, en parlant de Néel, vainqueur des Anglais, en 1002, près de Barfleur. Geoffroy d’Harcourt ne se révolta pas en 1528. Il n’y a aucune analogie entre son titre et celui de vicomte de Saint-Sauveur; il en était baron et non pas vicomte.

(6) Will. Gemet, apd. Duchesne, p. 250.

(7) Sup. , p.16.

(8) Brompton apd Twysden, col. 964.

(9) Masseville, Hist. de Normandie, tom. l.

(10) Alain, duc de Bretagne, en reçut 440; Odon de Bayeux 439; le comte de Mortain,plus de 500;l’évêque de Coutances 280.

(11) M. Odolant Desnos, Hist. d’Alençon, tome 1 p.149 dans une note au bas de la page.

(12) V. Gall. Christ. , tome Xl, instrum. Dioc. Constant , col. 222 , E. Les armes de ce dernier des Nèel étaient, suivant La Roque, Hist. de la maison d’Harcourt, p. 520 : fascé d’argent et de gueules, semé de fleurs de lis de…. de l’un en l’autre.

(13) Robert de Monte Contim Sigebert. , ad ann. 1178.

(14) Laroque, Hist. d’Harcourt.

(15) Ricardus de Harcourt tenet baroniam Sti. Salvatoris par servicium 4 militum, sed debebat 5, quando baronia sua integra…. item Dn. Ricardus tenet residuum illius feodi in dominio suo de Anvers cum pertinenciis…. facitq. servicium 1 militis. Lib. feod. Do. Reg. Philippi, apd. Lib. nigr. episcop. Constant.

(16) Laroque, Hist. de la Maison d’Harcourt.

(17) Froissart

(18) Froissart. Laroque, Hist. de la maison d’Harcourt. Masseville ,tome 3 , p. 259.

(19) Traité de Bretigny, article 24. Rymer.

(20) Rymer, tome 6.

(21) The famous sir John Chandos…. was at the battle of Poitiers, and for hir eminent services in the french wars had amongst many grants the Barony of Saint-Sauveur-Ie-Vicomte, and likewise all the possessions of sir Godfroy d’Harcourt, after which he built the castle of Saint-Sauveur-le-Vicomte. Collins, Peerage, édit. 1711, tom. 2 , part. 2 , page 210. Jean Chandos est nommé vicomte de Saint-Sauveur, dans l’histoire des grands Officiers de la Couronne, tome 6, p. 179, ad ann. 1364. V. Banks, Extinct Peer. tom. 1, page 261.

(22) V. un ouvrage intitulé: Normandie, pays d’États, publié par Dom-le-Noir, p. 52.

(23) Ibid, page 53.

(24) Rymer, tome 7.

(25) Chambre des Comptes de Paris, mémorial, fol. 161. Villaret, Hist. de France.

(26) Archives du château.

(27) Rymer, tome 7. Archives du château.

(28) Monstrelet. Hist. de la mais. d’Harcourt, p. 1680.

(29) Hist. du Maréchal de Matignon, pag. 54.

(30) Masseville, Hist. de Normand. , tome 6 , p. 383

(31) Tous ces détails sont extraits des archives du château de Saint-Sauveur-le-Vicomte.

(32) Archives du château.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.