Le Château de Gratot

Gratot et son château, décrits en 1824 par Charles de Gerville dans son mémoire des anciens châteaux :

photo Jean-Marc Raoult

CHATEAU DE GRATOT

La seigneurie de Gratot a été possédée par des familles qui remontent au temps de la conquête d’Angleterre; elle a été confisquée par Philippe-Auguste; le château encore habité présente beaucoup de restes des temps où l’on songeait plus à se défendre contre des ennemis, qu’à recevoir des amis; cependant j’ai si peu de chose à vous en dire, que j’ai balancé à le mettre au nombre de ceux dont j’avais à vous parler.

Par le registre des fiefs de Normandie, sous le règne de Philippe-Auguste, on sait que celui de Gratot avait appartenu à la famille de Creully. Ricardus de Croilly tenet tres partes feodi I militis de Gilleberto de Croilly antenato suo de quo Dominas Reoc tenet apud Nicorp et Gouville et Gratot per eschaetam.

Durant le même siècle, la seigneurie de Gratot entra dans la possession de la famille d’Argouges, par le mariage de Guillaume d’Argouges (qui vivait encore en 1251) avec Jeanne de Gratot.

Depuis ce temps jusqu’à une vingtaine d’années avant la révolution, cette seigneurie a subsisté dans la même famille, excepté pendant une partie du XIVe siècle, qu’elle vint, probablement aussi par un mariage, dans celle du Saussey : mais dans le même siècle , elle redevint la propriété des d’Argouges qui la conservèrent près de 400 ans.

Le château fut bâti par cette famille. On y voyait naguère ses armes à deux places; un de leurs écussons y est supporté par deux sauvages, l’autre par deux lions léopardés qui appuient d’un côté l’écu penché , et de l’autre le casque. Le cimier est orné d’une demi-fée (jusqu’à la ceinture); les mêmes armes étaient aussi à plusieurs endroits dans l’église de Gratot.

L’écu penché me porte a croire que le château fut bâti à la fin du XVe siècle ou au commencement du XVIe.

Les d’Argouges de Gratot portaient écartelé d’or et d’azur , chargé de trois quintefeuilles d’or, deux en chef, une en pointe (1).

Les armes de du Saussey sont d’argent semé d’hermines au sautoir de gueules.

in : Anciens Châteaux de l’Arrondissement de Coutances, par M. de Gerville, pp.251-254

Mémoires de la Société des Antiquaires de la Normandie, 1825. A Caen chez Mancel libraire-éditeur. MDCCCXXV

Liste complète des Anciens Châteaux de Gerville : ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.