Le Castel Vandon à Gréville-Hague

Gerville, dans ses Anciens Chateaux (1824) se perd un peu en conjectures quant aux éventuelles fortifications ayant pu exister dans ce village. Les seules indications qui restent d’un lieu ancien est la présence de médailles trouvées avant la Révolution, et le nom d’un lieu-dit, le Castel-Vandon.

Actuellement, il y a plusieurs bunkers sur le lieu, son aspect stratégique n’a pas échappé à l’occupant allemand pendant la seconde guerre mondiale. L’accès au site est interdit à cause du danger lié à la falaise toute proche.

   GREVILLE :

          A la limite de Vauville et de Gréville, paroisses qui sont aux deux extrémités de l’isthme de la Hague se trouve, on trouve un retranchement très considérable et très étendu qu’on appelle Haguedike; il est marqué sur les cartes de Mariette et de Cassini.

          Il servit autrefois à isoler l’extrême pointe du Cotentin. Ce retranchement, avec d’autres qui s’y rattachent vers le port d’Omonville,‘appartient à une époque tout à fait distincte. Avec les tumuli du cap de la Hague, ils feront l’objet d’un mémoire particulier. Gréville est.en-deça du grand retranchement; je voudrais bien le faire figurer dans mes recherches sur les anciens châteaux mais j’ai bien peu de chose à vous en dire.

          Dans les listes de ceux qui se trouvèrent à la conquête de l’Angleterre, je vois un seigneur de Gréville. Brompton a un peu dénaturé ce nom mais Duchesne en a rétabli l’orthographe (1).

          Les généalogistes anglais sont embarrassés sur la manière d’écrire ce nom. Les uns croient que Gréville et Graville peuvent bien être la même chose (2); mais leur embarras eût probablement cessé, s’ils eussent su qu’il y avait en Normandie une paroisse de Gréville, et s’ils eussent fait attention que celle de Graville avait pour seigneur un Mallet, qui ne prenait point de surnom.

          Mais, s’il est facile de prouver que c’est dans l’arrondissement de Cherbourg qu’il faut chercher le berceau des anciens Gréville, il ne l’est pas autant de trouver l’emplacement de leur
château; Toutes mes recherches n’ont eu aucun résultat positif. Il y a bien dans cette paroisse,
sur une hauteur, près de la mer, un lieu nommé Castel-Vandon : il est même indiqué sur les cartes de Cassini et du diocèse de Coutances; mais était-ce l’habitation ou la forteresse d’un
baron du moyen âge ?

          Le nom de castel appartient quelquefois aux postes des romains, et les médailles trouvées en assez grande quantité à Castel-Vandon il y a quarante ans, sont loin de dissiper mes incertitudes. Vous voyez que toute ma recherche sur Gréville aboutit à des doutes ; mais ces doutes mêmes ne seront pas sans utilité s’ils peuvent faire mieux étudier et les localités et les anciens titres.

           Avant la révolution, trois fiefs donnaient à leurs possesseurs le titre de seigneur de Gréville. La motte du castel, s’il y en a réellement en une, doit se trouver, ne fût-ce que par le nom d’un champ, sur un de ces trois fiefs.

in : Anciens Châteaux de l’Arrondissement de Cherbourg et de Valognes, par M. de Gerville, pp.227-229

Mémoires de la Société des Antiquaires de la Normandie, 1824, Première partie. A Caen chez Mancel libraire-éditeur. A Paris chez Ponthieu et Delaunay, Palais Royal, et chez les principaux libraires de Normandie. MDCCCXXV

Liste complète des Anciens Châteaux de Gerville : ici

(1) Brompton apd Twisden, col. 963. Duchesne, Norm. scriptores antiq.

(2) V. Collins’s Peerage of England, édit 1812, tome IV, page 330.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *