Assemblées Nocturnes dans le Mortainais – Chapitre 1

4.- Fait historique

    Chapitre 1/4

Je vous livre un dossier mis à ma disposition par Jean-François Bollens, que je remercie vivement. Messes nocturnes pendant la Terreur avec inculpations et interrogatoires qu’y s’en suivirent.

Bien triste période marquée par un affaiblissement des libertés individuelles suite à la “Loi des Suspects” votée  le 17 septembre 1793 (voir notes).

Vu  sa longueur, je l’ai organisé en quatre parties ; en  fin de chapitre, les liens vers notre Base pour les personnes concernées. Vous y retrouverez peut-être des renseignements sur vos familles en cette période bien précise de la Révolution Française. M. Duthy

Assemblées nocturnes dans le Mortainais

PENDANT LA TERREUR

ET PROCÉDURE QUI LES SUIVIT. – JUIN 1794

par M. le Chanoine Menard.

Chapitre 1 / 4

 Au mois de juillet 1896, en faisant des recherches aux archives de la Manche, nécessitées par nos précédents travaux, nous découvrîmes éparses dans les liasses I et I (bis), M. 4-4, An II, les pièces d’une affaire, qui fit beaucoup de bruit dans le département de la Manche, à l’époque de la Terreur, et amena de nombreuses arrestations.

Nous eûmes le désir d’en reconstituer le dossier et nous pûmes y parvenir, au moins en grande partie. Nous retrouvâmes, en effet, deux rapports adressés par l’agent national du District de Mortain, l’un au représentant Le Carpentier, l’autre du Comité de Salut Public ; les minutes des interrogatoires des prévenus et beaucoup d’autres documents, qui complètent l’instruction et permettent d’en suivre les différentes phases.

C’est à l’aide de ces renseignements que nous avons composé notre travail. Nous avons cru devoir le publier, pour sauver de l’oubli, où il était déjà tombé depuis longtemps, un des épisodes les plus intéressants de la Révolution dans le pays de Mortain.

Nous exposerons d’abord les faits, puis nous suivrons pas à pas la longue instruction qu’ils motivèrent, laissant au lecteur le soin de recueillir les enseignements et de tirer les conclusions qui se dégagent de notre récit.

I

A la fin de juin 1794, les églises étaient fermées depuis plusieurs mois au culte catholique et ne s’ouvraient plus que pour les fêtes décadaires. Les prêtres constitutionnels, qui n’avaient pas voulu consommer leur apostasie en livrant leurs lettres de prêtrise, étaient eux-mêmes jetés en prison comme des fanatiques incorrigibles.

Toutefois, un commencement de réaction se faisait sentir dans le département de la Manche et en particulier dans le Mortanais, dont les populations honnêtes et éminemment religieuses avaient peine à supporter le joug de l’impiété révolutionnaire. Des prêtres fidèles, cachés durant le jour, sortaient la nuit de leurs retraites et parcouraient les campagnes pour affermir dans la foi les âmes courageuses, rassurer les timides et relever celles qui étaient tombées sous les coups de la tempête. Ils organisèrent même des assemblées nocturnes, dans lesquelles ils firent entendre de courageuses protestations et reçurent les rétractations de prêtres assermentés et d’officiers municipaux (1). Parmi les plus célèbres réunions du district de Mortain à cette époque furent celles de Beauficel et du Mesnil-Gilbert, dont nous allons parler.

Le principal promoteur de ces assemblées fut le célèbre abbé Rondel, qui joua, pendant la Révolution, un rôle si retentissant dans le pays de Vire et la partie méridionale du département de la Manche.

          (1) On y revalidait sans doute aussi les mariages, car on demanda à l’un des prévenus « s’il ne savait pas que quelques personnes s’y fussent fait marier et même remarier. » (Interrogatoire de Louis Delabroise, du 14 messidor).

Il était né à Tallevende-le-Grand, en 1768. Après avoir refusé le serment, il resta habituellement caché dans la paroisse de Roullours, au moulin des Monts, avec plusieurs autres prêtres. « D’un génie hardi et entreprenant, dit M. R. Séguin, qui l’avait connu, il était assez fort et vigoureux pour soutenir les plus grandes fatigues ; il commença d’aller de village en village, de hameau en hameau, prêchant, catéchisant de maison en maison, disant la messe sur un autel portatif, ainsi que tous les autres prêtres, car on trouvait de ces autels chez presque tous les principaux catholiques royalistes. L’abbé Morcel de Talvandes, qui avait le pouvoir d’en bénir, n’en consacra pas moins de quarante dans un seul jour. Rien n’était capable d’arrêter le zèle de la plupart des prêtres, quand il s’agissait d’administrer les sacrements à quelque mourant. L’abbé Rondel, surtout, ne craignait rien : la vue d’une mort certaine ne l’empêchait point d’aller porter les secours de son ministère à tous ceux qui les demandaient.

Aucune crainte, aucune considération ne pouvaient l’arrêter, quand il s’agissait du salut des âmes ; il confessait jour et nuit, tant qu’il y avait du monde, et le peuple accourait en foule. Extrêmement sobre et austère, la nourriture la plus commune lui suffisait le plus souvent elle ne consistait qu’en un morceau de pain grossier et de l’eau ou du petit cidre. Il parcourut ainsi une partie des départements du Calvados, de la Manche et de l’Orne, et particulièrement les arrondissements de Vire, de Mortain, de Domfront, d’Avranches, de Coutances, de Saint-Lô, etc. Il tenait quelques fois de grandes assemblées dans des hameaux écartés, loin des révolutionnaires, qui le haïssaient à mort et le poursuivaient sans relâche. Il y prêchait publiquement, disait la messe et y faisait toutes les fonctions du ministère. » (2)           (2) Histoire de la Chouannerie, t. II, p. 76, 77.

L’assemblée de Beauficel eut lieu au village des Longschamps, dans la nuit du 3 au 4 messidor An II, c’est-à-dire du samedi 21 au dimanche 22 juin 1794. Le souvenir de la messe qu’on y célébra était encore vivant dans la paroisse, il y a peu d’années. Il est ainsi rappelé dans un travail rédigé, en 1866, sur les événements de la Révolution à Beauficel : « En 1794, l’église fut envahie et dévastée par les bleus et fut convertie en écurie. Il y eut cependant des messes dans la paroisse. Elles étaient dites par des prêtres étrangers : on pense que c’était par les messieurs Surbled de Talvende. La réunion des fidèles se faisait au village des Longschamps, et les saints mystères étaient célébrés dans les appartements du fermier. » (3)

Pendant la plus grande partie de l’instruction qui suivit les faits que nous allons rapporter, les témoins traduits devant l’agent national du district de Mortain, n’avaient pas cité le nom du célébrant, soit qu’ils ne le connussent pas, soit qu’ils ne voulussent pas le compromettre. Ce fut seulement le 29 messidor (17 juillet) qu’une femme déclara (4) « qu’elle avait entendu dire que ce prêtre s’appelait Rondel. »

Il arriva aux Longschamps dans la soirée du 21 juin 1794.

          (3) Archives diocésaines, conférence de 1866. – Le curé constitutionnel de Beauficel s’appelait Jean-Henri Duhamel. Il était âgé, en 1794, de 53 ans. Il refusa de livrer ses lettres de prêtrise et fut mis en prison à Mortain, le 11 thermidor An II (29 juillet 1794). Il n’en sortit que, le 7 pluviose An III (25 janvier 1795), sur l’ordre du représentant Legot. (Arch. de la Manche, 1. M. 4-4, An II).

           (4) « … Est comparue devant nous, suivant notre réquisition, la citoyenne Michelle Guesdon, femme Boré, ancien jardinier de la Herpinière, en Beauficel, cultivatrice, âgée d’environ 40 ans et domiciliée dans ladite commune de Beauficel… »

« A elle demandé si elle ne connait pas celui qui a dit la messe ou si elle n’a pas entendu citer son nom ?

« A répondu qu’elle ne l’avait jamais vu, qu’elle a seulement entendu dire qu’il s’appelait Rondel, sans savoir d’où il est. »

Quelques jours après la célébration de cette messe, madame Bellefontaine raconta à la veuve Launay et au sieur Sonnet, de Brouains, dont nous parlerons plus tard, « qu’une femme lui avait procuré ce prêtre, qui se présenta chez elle le soir pour souper, coucher et satisfaire à l’intention qu’elle avait prononcée. Elle nous assura, continuent ces derniers, ne point connaître ce prêtre, n’avoir pas même bien vu sa figure, n’ayant été éclairé que par une mauvaise rousine à la maison, et à la grange par un bout de chandelle ou de cierge fort mince… »

Ce village était alors habité par la famille Bellefontaine, composé de M. Jacques Bellefontaine, de sa femme, née Jacqueline Gesbert, âgée d’environ 60 ans et de leurs quatre enfants, deux garçons et deux filles, Anne et Marie-Jeanne, dont l’aînée avait à peine seize ans. Les deux garçons étaient sur le point de partir pour faire leur service militaire ; aussi, Madame Bellefontaine fut heureuse, disait-elle, de rencontrer un prêtre fidèle qui allait célébrer le Saint Sacrifice pour obtenir de Dieu la conservation de ses fils (5).

M. l’abbé Rondel soupa chez M. Bellefontaine, puis on prépara un autel dans la grange et la messe commença vers minuit.

Les catholiques des alentours avaient été avertis en secret de l’heure de la cérémonie. Il s’y trouva une centaine de personnes, parmi lesquelles deux prêtres assermentés, qui devaient faire publiquement leur rétractation : c’étaient MM. Jacques Bion, vicaire du Mesnil-Tôve, et Chapin, vicaire de Périers-en-Beau- ficel. Le premier, né à Beauficel, avait prêté le serment schismatique, mais il avait refusé de livrer ses lettres de prêtrise (6) et s’était retiré dans sa famille. L’abbé Chapin était de Saint- Pois (7).

          (5) La femme de Jean Hamon, née Ledru, déclara, dans sa déposition du 27 messidor, que Mme Bellefontaine lui avait dit : « J’ai tant cherché un bon prêtre que j’en ai trouvé un qui va dire la messe pour empêcher que les enfants, que j’ai eu tant de peine à élever, ne soient tués à la guerre. » On lit ailleurs : « afin d’obtenir de Dieu qu’il ne parte dans la première réquisition qu’un de ses enfants et que l’autre puisse lui rester. »

          (6) Voici le procès-verbal de la déclaration que fit M. l’abbé Bion à la mairie du Mesnil-Tôve, le 30 avril 1794 : « Le 11 floréal, deuxième année de la République, s’est présenté à la maison commune le citoyen Jacques Bion, prêtre de la commune du Mesnil-Tôve, qui nous a déclaré se soumettre a la volonté du peuple souverain exprimée par ses représentants ; que non seulement il avait interrompu toute fonction publique, mais encore voulait vivre en bon républicain, et, d’après la réquisition du comité de surveillance, nous a déclaré ne pouvoir nous remettre ses lettres, ignorant où elles sont »

« Fait ce dit jour et an que dessus. Signé Jacques Bion. » (Archives municipales du Mesnil-Tôve).

          (7) « M. l’abbé Chapin, lisons-nous dans la conférence de Périers- en-Beauficel de 1866 (Arch. diocésaines), fut vicaire de M. Lentaigne, curé constitutionnel de cette paroisse. Il rétracta son serment et devint plus tard curé en Bretagne»

Après la messe et le chant du Veni Creator, ils lurent à haute voix leur rétractation et déclarèrent que les messes qu’ils avaient célébrées étaient sacrilèges et que les sacrements, qu’ils ne pouvaient administrer validement sans juridiction étaient nuls. Ils demandèrent l’absolution de leurs fautes et donnèrent les marques les plus touchantes de repentir.

Le frère de M. l’abbé Bion, qui était capitaine de la garde nationale de Beauficel et greffier de la municipalité, vint à son tour rétracter le serment civique qu’il avait dû prêter avant d’entrer en fonctions. Il fut suivi de MM. Germain, maire de Brouains, Charles Ledoux, greffier de cette commune, et d’un membre du comité de surveillance, nommé Levasseur, qui, dès la veille, avait donné sa démission.

M. l’abbé Rondel fit un discours, dans lequel il dit qu’il avait été déjà arrêté par la municipalité de Sourdeval et l’administration du District de Mortain, qu’il avait réussi à s’échapper, et qu’il ne fallait rien craindre, parce que Dieu gardait ceux qui s’exposaient pour sa cause. (8)

          (8) Dans sa déposition du 24 messidor An II (12 juillet 1794), devant l’agent national du District de Mortain, Mme Bellefontaine rapporte qu’il dit : « Si quelqu’un m’en voulait, je ne le crains point. Dieu m’a sauvé jusqu’à ce jour et j’ai déjà été dans les mains de l’administration du District de Mortain et m’en suis bien tiré… » M. de la Sicotière (L. de Frotté et les insurrections normandes, etc. T. I, p. 520) met au compte de M. l’abbé Rondel une plaisante aventure racontée par M. Desfeux (Anecdotes, Souvenirs, etc., p. 49) qui appartient à M. l’abbé Chapel et non Chupel, comme l’appelle M. de la Sicotière.

Ce ne fut pas la seule fois qu’il put se soustraire aux poursuites des patriotes. Un dimanche qu’il disait la messe à la Lande-Vaumont, un bataillon républicain arriva de Vire pour le prendre. Les soldats entourèrent l’église et en gardèrent toutes les issues. La panique fut générale. Les assistants se précipitent aux portes, bien persuadés que l’abbé Rondel allait être massacré. Mais celui-ci prend la cape d’une femme, la met sur sa tête, se dissimule de son mieux sous ce nouvel accoutrement, se perd dans la foule et parvient enfin à sortir sans être reconnu. Il ne faut pas demander s’il gagna promptement la campagne.

Les patriotes, qui croyaient déjà le tenir, le cherchent en vain dans tous les coins de l’église et ne peuvent comprendre comment il a pu disparaître si subitement. Il était déjà en lieu sûr et toutes leurs investigations furent inutiles.

La cérémonie des Longschamps terminée, on annonça qu’une autre assemblée aurait lieu dans la paroisse du Mesnil-Gilbert, au village de la Motte, dans la nuit du lundi 23 au mardi 24 juin, fête de Saint Jean Baptiste. On invita les assistants à s’y trouver et à répandre cette nouvelle autour d’eux, en usant toutefois de la plus grande prudence.

Le lundi soir, M. l’abbé Bion et M. l’abbé Rondel firent une visite à un jeune prêtre assermenté de Chérencé-le-Roussel, M. l’abbé Boussard, afin de le décider à venir au Mesnil-Gilbert rétracter son serment schismatique.

M. l’abbé Etienne Boussard, ordonné prêtre en 1790, avait été vicaire intrus de sa paroisse, puis curé de Juvigny-le-Tertre. Après la fermeture des églises, il revint dans sa famille, qui habitait le village des Fontaines. Il entraîna son père dans le schisme ; mais il ne put vaincre la résistance de sa mère et de ses quatre soeurs. Il est même probable que ce fut à la prière de sa soeur aînée, Louise, que MM. Bion et Rondel firent auprès de lui une tentative, qui malheureusement ne devait pas réussir. On lira avec intérêt le procès-verbal de la déposition qu’il vint faire spontanément, le 9 messidor (27 juin), et dans laquelle il raconte ces deux visites.

« … A déclaré que, la veille St-Jean, (vieux stile) le nommé Bion, cy-devant vicaire de la commune du Mesnil-Tôve, est entré chez lui, et, après avoir parlé d’affaires indifférentes, il lui a proposé de prendre lecture de plusieurs instructions des prêtres réfractaires, qui étaient faites par les évêques de Boulogne, Bayeux, Langres et Coutances. Il lui parla également d’une bulle de Pie six. Le déclarant croit se rappeler sans en être sûr que ledit Bion se hasarda à lui dire qu’il y aurait bientôt une messe célébrée sans lui dire où ; mais que les réponses du déposant déconcertèrent bientôt ce fanatique, qui repartit avec les instructions contre révolutionnaires et la sainteté de sa bulle.

« Déclare en outre le dit Boussard que le soir un homme inconnu et déguisé à ce qu’il croit, portant dans son chapeau un petit crucifix, lequel était apparent, ce qui tint le déposant en défiance contre cet étranger. Cet inconnu adressé chez lui déposant par quelqu’un qui connaissait sûrement bien le local, le harangua pendant longtemps et voulut l’exciter à le suivre sans lui dire où, même le serra et voulut employer une espèce de force pour l’entraîner malgré luy ; mais que ces tentatives furent vaines et que le fanatisme outré et l’esprit de contre révolution qu’observa chez lui le déposant ne lui donnèrent que plus de force pour résister à ses pressantes sollicitations, ce qui le fit repartir avec le chagrin de n’avoir pas eu le succès qu’il attendait, et ce qui le porta à des excès furieux, tels que de battre la terre de son corps.

« Observe cependant le déclarant qu’il a appris indirectement que c’était un prêtre réfractaire de Bayeux. (9) Son costume était une veste ou habit court de laboureur en couleur bleue ; le gilet d’une couleur dont il ne se rappelle pas ainsi que le reste de son habillement, vu que le jour était tout-à-fait sur son déclin. (10) Sa taille était à peu près de cinq pieds, ses cheveux noirs, figure brune et maigre, la barbe noire, yeux renfoncés, nez aquilin, le tout autant que l’obscurité a pu lui permettre de l’observer. (11)

Il est curieux de rapprocher ces indication du signalement de M. l’abbé Rondel, donné, le 5 fructidor An IV (22 juillet 1796), par l’administration de Mortain au général Digouet, commandant la 5e subdivision : « Taille de 5 pieds un pouce environ, cheveux très noirs et huileux, tein jaune, basané, nez gros et écrasé, yeux renfoncés dont le blanc est bilieux jaunâtre, barbe très noire et a le coup d’oeil égaré et sauvage ». Ce portrait, tracé d’après les souvenirs de celui qui le donne, n’est certes pas flatté ; mais il concorde pour l’ensemble avec les détails fournis par les témoins. (Archives de la Manche, cahier de correspondance de l’administration de Mortain).

          (9) Ce détail intéressant est confirmé par plusieurs témoins, entre autres par Madeleine Lemarchand, veuve de Julien Lepeigné. « S’étant informée, dit-elle, quel était le prêtre qui disait la messe, on lui avait répondu qu’on ne le connaissait pas, qu’on savait seulement qu’il était d’un diocèse étranger. » (Interrogatoire du 9 messidor, An 21).

          (10) Marguerite Legent décrit ainsi le vêtement de ce prêtre, dans son interrogatoire du 19 messidor : « Un homme habillé de bleu, ayant une veste noire mailletée, avec un pantalon rayé de bleu et de rouge, son chapeau rabattu… »

          (11) Mme Bellefontaine déclara, également, le 24 messidor, que le prêtre qui avait dit la messe dans la grange de la ferme des Longs- champs, « était d’assez petite taille, brun de cheveux et de visage. »

« Déclare en outre qu’il eut l’absurdité de lui dire à lu[i] déposant qu’il était l’envoyé de Dieu, lequel lui avait révélé qu’il devait venir trouver lui déposant ainsi que plusieurs autres, pour les faire rentrer dans le sein de l’Eglise leur mère, d’où ils étaient sortis en prêtant un serment qui offensait la divinité ; Qu’il tenait sa mission de trois évêques réfractaires, savoir celui de Coutances, celui d’Avranches et celui de Bayeux, qui l’avaient envoyé avec tous les pouvoirs nécessaires pour relever de tous les cas ceux qui avaient prêté serment et qui voulaient revenir à conversion ; que vraisemblablement c’était lui qui faisait les fonctions d’évêque à la messe qui fut célébrée au Mesnil-Gilbert, dans la nuit du 5 au 6 de ce mois ; que le bruit public lui avait appris que les nommés Chapin, cy-devant vicaire de Périers, Bion, cy-devant vicaire du Mesnil-Tôve, et Duhamel cy-devant curé de Notre-Dame de Cresnay, s’étaient trouvés à cette célébration et s’étaient fait relever de leurs serments. Et est tout ce dont se rappelle le citoyen Boussard, qui a signé avec nous après lecture. »

Boussard, Républicain Guesdon, Agt Nat.

En sortant de chez M. Boussard, M. l’abbé Rondel prit la direction du Mesnil-Gilbert et s’entretint en chemin avec un nommé François Leprovost, lequel déclara à son tour « qu’en revenant de la ferme du Fossé il avait rencontré un étranger habillé de bleu, cheveux bruns, en pantalon, son habit ne lui venant qu’à moitié jarrest, qui lui dit : Mon ami enseignez-moi le chemin pour aller au Mesnil-Gilbert ; ce que lui répondant fit, en lui disant qu’il n’en était pas bien loin. Alors cet étranger lui dit : Etes-vous de cette commune-cy ?

Ledit Leprovost lui répondit que oui. – Il va se passer de belles choses cette nuit près de votre bourg, dit l’étranger, tâchez de vous y trouver, ou plutôt, si vous voulez vous y trouver. Après quoi, il partit et suivit le chemin que lui répondant avait montré. » (12)

M. Rondel arriva assez tard au Mesnil-Gilbert. On avait résolu, à cause de la foule qu’on attendait, de faire la cérémonie en plein air, et l’on avait choisi pour lieu de la réunion une châtaigneraie située sur le bord du chemin du Mesnil-Gilbert à Cuves, « au bout du jardin à plant du village de la Motte, à peu de distance de l’église. » (13) « Cet endroit, dit encore un témoin, était un grand plant qui se trouvait sur la route du Mesnil-Gilbert à Cuves, et, sous ce même jardin, vers la commune de Cuves, il y avait deux mares ou petits étangs. » (14) C’était tout près d’une rivière, car un autre témoin rapporte qu’il « alla de l’autre côté de la rivière, à cause de la foule. » (15)

          (12) Déposition faite, le 18 messidor, par le citoyen François Leprovost, âgé de 63 ans, cultivateur dans la commune du Mesnil- Gilbert.

          (13) Déposition de Jean Aguiton dans son interrogatoire du 5 thermidor, à la prison de Mortain.

          (14) Déposition de Marie Couillard, du 8 messidor, et de Jean Aguiton. Mlle Louise Boussard dit dans la sienne du 9 messidor (27 juin) « que le rassemblement devait se tenir sur le chemin de Cuves. Arrivés à cet endroit, ajoute-t-elle, proche les étangs de la Motte, nous assistâmes à une messe… »

          (15) Déposition de Jacques Adelée dans son interrogatoire du 3 thermidor, à la prison de Mortain.

Tous ces détails sont d’une exactitude parfaite. Le fief de la Motte, le plus ancien et le plus important du Mesnil-Gilbert, n’est, en effet, qu’à un kilomètre environ de cette bourgade, sur le chemin, à gauche, qui conduit à Cuves.

La ferme se compose actuellement, comme à l’époque de la Révolution, de la maison manable et de plusieurs bâtiments, grange, écuries, étables, pressoir et boulangerie disséminés, comme presque toujours en ce pays, dans un vaste plant de pommiers.

Il y eut là autrefois un manoir, dont naguère on voyait les ruines, à l’extrémité du plant, vers le midi. C’était probablement celui du seigneur Gilbert. Il n’en reste plus que quelques débris épars, autour d’un petit monticule, sur lequel il s’élevait. C’est cette motte, comme on disait au Moyen-Age, qui a sans doute donné au fief le nom qu’il a conservé. On a enlevé depuis peu d’années la porte monumentale de la vieille chapelle seigneuriale pour la transporter dans une ferme voisine et la faire servir à un usage qui est loin de rappeler sa destination primitive.

Les deux étangs, dont nous venons de parler, étaient alimentés par un ruisseau, qui descend des côteaux voisins, et formaient de ce côté les fossés du château. Le premier en amont a été desséché. Ces étangs étaient jadis ombragés par des chênes séculaires, dont on admirait les dimensions gigantesques et la luxuriante végétation. Un seul est encore debout comme un vieux témoin de la scène que nous allons décrire. Un cours d’eau sépare le plant de pommiers d’une belle prairie qui s’étend vers le midi jusqu’à la Sée. Le « doux fleuve de Sée », comme l’appelle notre poète avranchois, Jean de Vitel, coule solitaire entre les saules et les aulnes qui bordent ses rives et donne au paysage un aspect d’une grâce et d’une fraîcheur idyllique.

Le cadre était bien choisi pour la manifestation de foi qui allait s’accomplir.

Vers onze heures, les chemins se remplirent d’hommes, de femmes, de vieillards et de jeunes gens se dirigeant en silence vers le village de la Motte, et par petits détachements, pour ne pas éveiller l’attention des patriotes. A minuit l’assemblée s’élevait au moins à huit cents personnes.

Le fermier Jean Delabroise et sa femme, née Anne De la brousse, étaient connus pour de fervents catholiques, et ce fut encore à cause de cela qu’on choisit leur village pour le lieu de la cérémonie. Le père et les enfants construisirent l’autel du Saint Sacrifice et l’estrade pour la prédication, en avant de la vieille chapelle, dont nous avons parlé (16)

          (16) Jean Delabroise, fils de François et de Jeanne Lesage du Mesnil- Tôve, né en 1746, épousa, le 13 février 1768, Anne Delabrousse du Mesnil-Gilbert, fille de Gilles et de Julienne Bréhier. Les jeunes époux s’établirent au Mesnil-Tove. En 1779, Jean Delabroise quitta cette paroisse pour venir sur la terre de Vauborel en Mesnil-Gilbert. Il y resta neuf ans et devint fermier de la Motte, en 1788. Il avait eu son onzième enfant, André, le 26 novembre 1787. (Registre du Mesnil-Tove, du Mesnil-Gilbert et papiers de famille).

La messe fut célébrée en grande pompe, comme aux jours des fêtes solennelles. Puis on alla chercher processionnellement, au chant du Veni Creator, le curé constitutionnel de Notre-Dame- des Cresnays, M. l’abbé Jean-Charles Duhamel, qui devait, lui aussi, rétracter son serment schismatique et MM. Bion et Chapin qui voulaient encore réparer, par un nouvel acte d’humilité et d’obéissance à l’Eglise, le scandale qu’ils avaient donné. Ils étaient restés dans la boulangerie de la ferme peu éloignée du lieu de l’assemblée. (17)

       (17) Nous trouvons ce détail consigné dans le rapport de l’agent national de Mortain à Le Carpentier, du 6 juillet 1794. Cet appartement, qui n’est plus à l’usage de boulangerie, existe encore. On peut voir dans la muraille l’ouverture du four, qui a été détruit, il n’y a pas longtemps.

M. l’abbé Rondel prononça un discours véhément sur la situation politique et religieuse et traça la ligne de conduite qu’il fallait tenir pendant la persécution.

Un des assistants, Marin Couillard, déclara plus tard « qu’effectivement il s’était dit une messe à la Motte, qu’un autre prêtre harangua le peuple, que le discours de ce prêtre dura une heure et qu’il tendait manifestement à un soulèvement, à la révolte, au mépris des lois républicaines, en un mot à faire couler le sang des citoyens, en les armant les uns contre les autres ; observant en outre qu’il a invité fortement les père et mère de ne pas laisser partir leurs enfants pour la défense de la patrie, et qu’ils devaient plutôt souffrir le martyre que de se soumettre aux

lois actuelles, et que Notre-Seigneur en avait souffert bien d’autres pour nous. Qu’il y avait un homme faisant les fonctions de prêtre et d’évêque tout à la fois en relevant les prêtres jureurs du crime qu’ils avaient commis en prestant le serment prescrit par la loi de notre Révolution, et qu’il s’est aperçu que trois prêtres sermentés se sont présentés pour obtenir leur pardon, dont il en a connu deux, savoir le ci-devant vicaire du Mesnil-Tove, appelé Bion et natif de la commune de Beauficel, et le ci-devant vicaire de la commune de Périers, natif de la commune de St-Pois, nommé Chapin ; qu’il ne connaît pas le troisième ; mais qu’on lui a dit que c’était le ci-devant curé de la commune de Notre-Dame-de-Cresnay ; qu’au surplus il ne connaît ni le nom, ni le lieu de naissance de celui qui a dit la messe et de celui qui prêchait, qu’on lui a dit seulement qu’ils parcouraient différents endroits pour prêcher la contre-révolution, en rappelant le peuple à leur première religion et à leurs bons prêtres, qui n’ont pas voulu prester le serment… » (18)

Françoise Mochon dit aussi que le prédicateur « prêchoit vivement contre la Révolution, » et elle ajoute qu’il parla du cy-devant évêque d’Avranches, qu’il falloit reconnaître pour notre seul et vrai évêque et non celui de la Manche… » (19)

Après son discours, le prédicateur présenta à l’assemblée les trois prêtres assermentés en disant : « Voici des enfants qui reviennent à pénitence, priez pour eux. »

Ceux-ci s’avancèrent vers l’autel, prononcèrent à haute voix leur rétractation et demandèrent l’absolution de leurs fautes. Le célébrant les releva des censures qu’ils avaient encourues et leur rendit leurs pouvoir et juridiction.

Des officiers municipaux, parmi lesquels l’agent national du Mesnil-Adelée, nommé Jacques Adelée, rétractèrent aussi leur serment civique ; puis on récita le chapelet, on chanta le Te Deum, et des cantiques comme aux beaux jours de foi.

La cérémonie avait duré plus de deux heures. Une voix s’éleva au milieu du silence de la nuit, et l’on entendit ces mots : « Mes frères, le jour vient, dispersez-vous. » Ce fut le signal du départ. L’aube commençait à blanchir la nue côté de l’orient.

          (18) Déposition faite, le jeudi 26 juin 1794, par Marin Couillard, devant la commission présidée à Chérencé-le-Roussel par l’agent national du district de Mortain. — D’après cette déposition, un autre prêtre, dont nous ne connaissons pas le nom, accompagnait M. l’abbé Rondel.

          (19) Il serait intéressant de rapprocher ce récit d’une page écrite par le témoin d’une autre cérémonie du même genre présidée, l’année suivante, par M. l’abbé Rondel, et dans laquelle il prit encore la parole. Nous ne pouvons le faire ici, mais nous renvoyons le lecteur à la page 32 de la brochure de M. Desfeux (Anecdotes, souvenirs et faits historiques de la première révolution, etc).

…/… à suivre

 La source Gallica :

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57858006.r=Assemblées%20nocturnes%20dans%20le%20Mortainais%20pendant%20la%20terreur%20et%20procédure%20qui%20les%20suivit%20%28juin%201794%29%20%20par%20M.%20V.%20Ménard%2C…?rk=21459;2

Photo de couverture : Huile de Michèle Duthy

 La Loi des suspects : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Loi_des_suspects

Liens vers la Base :  https://gw.geneanet.org/genea50com_w

Abbé Rondel    N… RONDEL

De Bellefontaine   Jacques DEBELLEFONTAINE &1767 Jacqueline GESBERT

Jacques Bion et Pierre Bion   Jacques BION 

Abbé Chapin    N… CHAPIN

Femme de Jean Hamon  Madeleine LEDRU,

Julien Germain   Julien GERMAIN

Julien Levasseur   Julien LEVASSEUR

Etienne Boussard et Louise Boussard    Etienne Jean Baptiste Marie BOUSSARD 

Madeleine Lemarchand   Madeleine LEMARCHAND

Marguerite Legent  Marguerite LEGENT

Abbé Jean Henri Duhamel   Jean Henri DUHAMEL

François Leprovost   François LEPROVOST

Jacques Adelée   Jacques ADELEE

Jean de la Broise  et Anne de la Brousse   Jean de la BROISE

Marin Couillard   Marin COUILLARD

Françoise Mochon   Françoise MOCHON

Michèle Guesdon  Michèle GUESDON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *