Evolution de la propriété foncière de la noblesse dans le canton de Beaumont-Hague du XVIIIe au XXe siècle

Par Joël TATARD


Cet article  est composé à partir de l’étude « L’évolution démographique du canton de Beaumont Hague aux XVIIIe et XIXe siècles » et « La Hague (canton de Beaumont). Agriculture et propriété foncière du XVIIIe au XIXe siècle » site de la Société d’histoire et d’archéologie de la Manche (SAHM), 229 pages, année 2021


Le recul de la noblesse, de la Révolution au début du XIX é siècle.

En 1789, la noblesse détenait 30% des terres [1] , dont la majeure partie aux mains de trois hommes : le comte de Beaumont au (futur) chef-lieu et autour (Digulleville surtout, Herqueville et Jobourg), Jean Baptiste Barbou à Querqueville, Nacqueville, Urville et Omonville-la-Rogue et de François de Mauconvenant, comte de Sainte Suzanne, à Vasteville.

En 1831, elle en possède encore 24%. Le recul est modeste, eu égard au séisme politique de 1789, mais il est aussi inégal. Les trois grands “blocs” précités sont restés à peu près intacts avec une seule différence : les biens de Barbou de Querqueville ont été partagés entre ses trois neveu et nièces. Les titulaires de seigneuries ont perdu leurs droits féodaux mais conservé l’essentiel de leur patrimoine foncier.

Les grandes familles résidentes ont peu émigré[2] et disposent sur place de protections efficaces. Le comte de Beaumont, officier à Nancy en 1790, s’y fixe définitivement et y vit paisiblement jusqu’à sa mort en 1843, Barbou de Querqueville, âgé, ne subit qu’une brève détention, comme Hilarion Feuardent d’Eculleville. Les familles plus modestes ont pu être inquiétées en raison de l’émigration des jeunes hommes, comme les parents de Jacques André d’Ozouville (Sainte-Croix), condamnés au bannissement le 26 octobre 1793. Mais ce type de sanction, motivé par l’émigration de plusieurs membres de la famille (deux émigrés à l’armée de Condé et un prêtre réfractaire) est resté exceptionnel.

Les confiscations révolutionnaires sont peu importantes, les ventes effectives de biens nationaux encore moins et les transferts de propriété ne sont intervenus qu’après la tourmente, sous le Consulat et l’Empire, par extinction des familles, morcellement des petits patrimoines et dispersion géographique. Lors de la mise en œuvre de la loi d’indemnisation des émigrés dite du « milliard des émigrés » du 27 avril 1825, seulement quelques familles en bénéficient (sous forme de rente) [3] :

nobles émigrés ou leurs héritierscapitalrente
Jean Charles Adrien Folliot d’Urville20 198 606
Charlemagne de Couvert de Coulons67 8602 036
de Mauconvenant de Ste Suzanne46 780 1 101
Jacques Louis Gabriel du Mesnildot114 3933 432
Jean Marie Feuardent d’Eculleville52 4991 575

Encore faut-il distinguer, dans les transferts de propriété, entre la déprise raisonnée des principaux vendeurs et la liquidation des lambeaux de patrimoine par la petite noblesse locale depuis longtemps exsangue

La déprise raisonnée concerne deux (ex) familles seigneuriales désireuses de couper les liens, Hilarion Feuardent d’Eculleville, marié à une riche créole et attiré par le mirage antillais et les Coulon de Couvert à Auderville, deux familles non résidantes. Il semble que la vente des château et domaine de Vauville par le jeune marquis de Saffray au général Lemarois[4] soit dû à des dépenses inconsidérées. En revanche la petite noblesse a poursuivi un déclin amorcé bien avant cette époque mais sans doute accéléré par les effets induits de la révolution : crise économique et financière (prélèvements fiscaux, réquisitions, dépréciation monétaire) et émigration.

Prosper Galerne, salon de 1912 “La ferme de Vauville”
Au second plan, à droite, les tours du château de Vauville.
Vendu en 1807 par le marquis de Saffray, héritier des seigneurs de Vauville, au général comte Lemarois. Celui-ci et ses deux descendants propriétaires n’y ont jamais résidé jusqu’à sa vente en 1893, lui préférant leur domaine de Pépinvast au Vicel (canton de Quettehou).

Il est difficile de mesurer l’impact des problèmes économiques et monétaires sur la noblesse. Les détenteurs de fiefs nobles ont perdu leurs droits seigneuriaux et la valeur de ces seigneuries en capital, les nobles ont été assujettis à la contribution foncière et soumis aux nombreuses réquisitions de grains, de chevaux et de bétail. L’inflation galopante ne les a pas favorisés car ils n’avaient ni les moyens ni l’opportunité d’acheter les biens confisqués au clergé et aux membres de leur ordre. L’émigration ne pouvait qu’affaiblir les plus faibles d’entre eux, ceux qui n’avaient pas les appuis locaux nécessaires à la préservation de leur patrimoine foncier. Et elle a privé des familles de leurs éléments jeunes, dont une partie est tombée dans les combats de la contre-révolution.

Le Cotentin, terrain défavorable et population réservée, n’est guère touché par la Chouannerie, la petite noblesse émigrée lutte et souvent meurt loin de sa terre natale, en Allemagne dans l’armée de Condé (plus de maladie que de la guerre) et dans le catastrophique débarquement de Quiberon à l’été 1795. Barbey d’Aurevilly se serait inspiré, pour le personnage de l’abbé de la Croix Jugan dans l’Ensorcelée, de Julien François Gigault de Bellefonds, fils du dernier seigneur de Hainneville. Celui-ci, combattant dans la chouannerie bretonne et défiguré par une blessure en 1795, a survécu mais il a perdu deux frères, l’un fusillé à Vannes après l’expédition de Quiberon et l’autre, chasseur noble dans l’armée de Condé, mort en Allemagne la même année. Trois de ses cinq cousins Gigault, de la branche des seigneurs de Capelle à Equeurdreville, meurent durant l’émigration, l’un fusillé après Quiberon, l’autre à l’armée de Condé en Allemagne et un troisième dans les Antilles.

L’abbé de Percy, qui fut aumônier de « madame Laetitia » mère de Napoléon, était le frère cadet de René Charles de Percy, dernier seigneur de Tonneville, également fusillé après le désastre de Quiberon, comme le furent les deux frères Bienaimé et Cyprien de Feuardent, de Jobourg, fusillés respectivement en 1794 à Nieuport et 1795 après le désastre de Quiberon.

Cet effacement de la petite noblesse locale n’est que la poursuite d’un processus engagé depuis au moins le début du XVIII è siècle. La noblesse de la Hague était à l’image de son « pays », comme on le voit déjà dans l’enquête de 1640, majoritairement « pauvre », « bonne à rien ». Dès cette époque, le clivage est prononcé entre les familles de hobereaux, souvent prolifiques et les quelques nobles conquérants dont les positions se renforcent par l’achat de seigneuries et de terres. C’est le cas des Lesdos jusqu’à leur éloignement définitif au début du XVIIIé siècle, des Grimouville avant leur déconfiture des années 1670 [5] et après eux, Mangon, à Urville et Nacqueville, les Jallot de Beaumont, les Sainte Mère Eglise à Omonville la Rogue. Plusieurs familles de la périphérie de la Hague participent à ce mouvement par le jeu des héritages : les Beaudrap (de Sotteville) à Biville, du Moncel (Sainte-Croix Martinvast et Helleville), à Acqueville…

La paupérisation se signale par les alliances obligées avec les familles de laboureurs aisés, pratique courante pour les filles -qu’il faut doter- et les cadets de famille, alors que les ainés rechercheraient plutôt l’alliance des filles de notables cherbourgeois, surtout les détenteurs d’offices de justice ou finances. Un autre processus d’effacement est, avant même la chute de l’Ancien Régime, le ravalement au rang des « laboureurs » de plusieurs familles, particulièrement à Sainte Croix avec les Heusey (ainsi qu’à Flottemanville), les d’Ozouville, les Le Fillastre et les Dalidan.

 Les familles nobles pauvres peuvent creuser leur appauvrissement par un dynamisme démographique exubérant mais elles meurent aussi par la combinaison d’une natalité fléchissant, d’une forte mortalité et du célibat. L’absence d’héritier mâle entraine une forte rotation, plusieurs seigneuries passant d’une famille à une autre (les seigneuries de Branville, Vauville, Vasteville, St Nazaire et Val Ferrand à Gréville…).

Le rapport des nobles avec la population s’en trouve affaibli et la distance est encore plus prononcée lorsque les seigneuries – et les biens en propriété directe – passent dans une grande famille non résidante. Les de Choiseul n’ont guère de relations avec leur lointain et marginal patrimoine de Vasteville, de même que le marquis de Saffray, par mariage seigneur non-résident de Vauville. Lors même que les grandes familles de noblesse locale se maintiennent, leur existence se partage de plus en plus entre la ville – Valognes et, à la veille de la révolution, Cherbourg- où ils demeurent durant les mois d’hiver et de printemps, et leur maison rurale où ils passent l’été.

La forte diminution de la population noble s’explique aussi par l’arrêt du processus d’anoblissement. La noblesse de la Hague s’était largement renouvelée entre la fin de la « guerre de Cent Ans » (édit des francs fiefs de 1470) et le début du XVII é siècle. Dans les deux siècles suivants, aucun apport ne vient compenser l’extinction des familles résidentes[6].

Les familles nobles qui comptaient au moins 128 personnes en 1729, sont réduites à 65 en 1789, dont les deux tiers n’ont plus la capacité de vivre selon les critères qui distinguent un gentilhomme d’un roturier et notamment de contracter des alliances dans leur « ordre »[7]. En 1831, leur nombre est tombé à 17 personnes résidentes. Ces familles sont toutes confrontées, à l’exception du comte de Tocqueville, marié à l’héritière du domaine de Nacqueville, à de grosses difficultés financières et engagées dans un processus irréversible de déclassement social.

L’héritier des Feuardent de Jobourg est tanneur à Cherbourg, Henry du Saussay de Gréville commence à vendre ses terres et reconnait en 1828 un enfant né de la fille d’un ouvrier agricole de la commune, liaison qu’il régularisera sur le lit de mort de cette femme vingt ans plus tard. La famille d’Ozouville[8], n’est plus représentée que par deux hommes très âgés.

Louis François d’Ozouville « bas marais » a vécu chichement sur une petite exploitation de Branville, dont il fut maire de 1800 à 1812. Ses sœurs n’ont pu épouser que de modestes cultivateurs, une de ses filles, couturière, – le métier des filles les plus pauvres – épouse un vitrier de Beaumont, l’autre régularise sa liaison avec un très modeste cultivateur après la naissance d’un enfant. Jean Louis d’Ozouville « Faussigny », à Sainte Croix Hague, laisse à sa mort une ferme de cinq hectares à ses deux filles, l’une célibataire et l’autre épouse d’un cultivateur du Calvados dont les enfants, émigrés, occupent des emplois très modestes.

Hippolyte, comte de Tocqueville (1797-1877), à la fin de sa vie.  Député depuis 1871, il est désigné par la Chambre des députés comme  l’un des 75 “sénateurs inamovibles” institués par les lois constitutionnelles de 1875 fondatrices de la troisième république. Par son mariage avec Emélie Erard de Belisle, héritière du château et domaine de Nacqueville (1826), il est devenu le premier propriétaire foncier du canton de Beaumont-Hague par la valeur de ses terres (un million de francs en 1880)

Disparition de la petite noblesse et stabilité de la grande propriété (1833 – 1872)

Entre 1830 et 1870, la Hague connaît les débuts d’un exode rural intense qui ne cessera qu’avec “l’âge nucléaire”.

L’économie rurale traditionnelle perdure sans grands changements pour la masse des petits cultivateurs (prédominance des céréales, cheptel bovin de faible importance, pratiques agricoles archaïques). Des cultivateurs aisés acquièrent les terres libérées par l’exode rural, quelques bourgeois de Cherbourg, négociants, marchands, armateurs, investissent dans l’achat d’exploitations importantes.

 Les grands propriétaires, non-résidents pour la plupart, n’ont pas été touchés, leurs rares ventes répondant d’abord à des restructurations du capital foncier sur fonds de partages successoraux. Leurs achats sont également limités : ils se contentent donc de maintenir leurs positions, appuyés généralement sur un important patrimoine hors canton[9].

Les partages successoraux ont seulement partagé en deux le patrimoine des Jallot de Beaumont, de loin le plus important (778 hectares sur Beaumont, Digulleville, Jobourg et Herqueville), et le “domaine de la Hague”, (371 hectares) héritage des Sainte-Mère-Eglise, des Surtainville et des Durevie (Omonville-la-Rogue et Saint Germain des Vaux, Nacqueville, Querqueville). La grande famille parisienne de Choiseul (branche comtale), héritière des Mauconvenant de Sainte Suzanne, non seulement se maintient à Vasteville (383 hectares) mais bataille avec la commune pour la possession des vastes “landages” qui appartenaient d’ancien temps au seigneur de Vasteville et aux communs habitants[10]

 Les achats de la bourgeoisie urbaine proviennent essentiellement des ventes de la petite noblesse résidente, dont les derniers îlots disparaissent entre 1830 et 1870. Les ventes de la petite aristocratie représentent alors, en valeur, 64% du marché foncier, dont les deux tiers sans nul doute provoquées par l’endettement.

Dans ces 40 années se trouvent liquidés ou fortement amputés, les patrimoines des dernières familles résidentes, familles Hervieu et des du Saussay à Gréville, de Vauquelin à Branville, de la Chapelle du Buisson à Flottemanville, Bevery de Bazanville à Vauville, Folliot d’Urville, Feuardent de Jobourg, Dalidan à Sainte-Croix, du Gardin à Biville.

Part (%) de la propriété noble par commune en 1833

L’endettement est à l’œuvre lorsqu’en 1849, les deux filles de César de Vauquelin, décédé en 1836, vendent à Joseph Alfred Liais les biens de leur père. Le couple Poret-la-Couture[11]/Lydie de Vauquelin échange sa part de la maison de Branville contre la ferme des Ingoults à Sainte Croix Hague, achetée par Liais à l’autre fille, Bathilde, épouse de Pierre Legrand (de Vauville). L’écart de valeur de 12 374 francs est affecté au paiement de rentes dues à des créanciers du couple. Celui-ci, qui vit de ses rentes, a vendu la ferme des Ingoults pour 57 000 francs dont 43 524 destinés au paiement de créanciers. Le couple Legrand est dans une situation difficile, la mère de madame Legrand, Rose Bevery de Bazanvillelui fait remise d’une dette de 1000 francs.

Henry du Saussay de Gréville, après avoir vendu ses biens à Flottemanville (le Saussay), hypothèque en 1835 une ferme à Branville. En 1842, il contracte deux obligations d’un montant de 8 400 francs dont la charge de 420 francs représente le quart du revenu brut de sa ferme de Gruchy. En 1849, il doit vendre la ferme de Branville pour 24 990 francs, dont une rente de 2 582 francs à un tiers et 6 obligations que lui transfère le vendeur, un marchand quincailler de Cherbourg, pour une somme en dessous de sa valeur (12 000 francs pour 18,14 hectares principalement en labours). En 1851, il abandonne tous ses biens (95 hectares), la ferme de la Caneurie à un prix inférieur à sa valeur réelle, et le domaine de Gruchy, ce qui lui permet d’éteindre une forte rente viagère. Il a perdu la totalité de son patrimoine foncier et quitte la Manche pour l’orne puis l’Algérie (Oran)[12].

Au début des années 1870, à Urville-Hague, Gustave Folliot d’Urville, chef de bataillon en retraite, arrive au terme d’un processus d’endettement. Son épouse est devenue, sous le régime de la séparation de biens, la créancière de son patrimoine foncier, d’ailleurs réduit à 14 hectares au tour de la “maison d’Urville”. Il vit d’une rente sur l’Etat de 929 francs. A sa mort, en 1873, un de ses trois héritiers (une fille, épouse d”un instituteur) rachète la totalité de ces maigres biens.

En 1877 encore, le comte de Nédonchel, héritier des Choiseul par mariage, acquière des terres à Vasteville et surtout, la ferme du Prieuré d’Héauville, contigüe à son domaine.

L’effacement de la grande propriété (années 1870 – 1970)

La disparition des grandes unités foncières intervient entre 1870 et la première guerre mondiale et correspond, sans qu’on puisse y voir un lien de causalité, au “couchage en herbe” de la Hague : l’élevage bovin à vocation laitière et à caractère commercial, se substitue à la culture des céréales et à l’autoconsommation[13]. Les ventes importantes découlent souvent de circonstances familiales (partages successoraux, caractère marginal, en termes de revenu net, de ces biens dans les patrimoines des grands propriétaires fonciers, investissement préférentiel dans les valeurs mobilières

(emprunts d’états et actions)

Le mouvement est donné en 1879 par la disparition de la propriété des du Mesnildot à Flottemanville-Hague et Nouainville (88 hectares) et, surtout, l’année suivante, la vente du domaine de Nacqueville, après la mort d’Hippolyte de Tocqueville (1797-1877), veuf, en 1870, d’Emélie Erard de Belisle, héritière des anciens seigneurs de Nacqueville. Le domaine (et château) de 235 hectares de bonnes terres[14] d’une valeur d’un million, est acquis en 1880, pour plus de 90%, par un entrepreneur de travaux publics d’envergure internationale, Hildebert Hersent.

Suivront, à partir de 1883, les propriétés de Nicolas Michel d’Annoville, du comte Lemarois à Vauville et, en 1902, les 383 hectares du domaine de Vasteville acquis par le notaire de Sainte-Croix-Hague, Charles Damourette.

Enfin, à la veille de la guerre mondiale, un industriel acquiert le château des comtes de Beaumont et les fermes voisines et, en 1917 la “ferme d’Herqueville”, ancien domaine non fieffé de la seigneurie d’Herqueville, est acquis par le fermier Eugène Paris.

Ne subsistent après la guerre, que trois fermes de l’ancien “domaine de la Hague” des Surtainville et des Sainte-Mère-Eglise, à Omonville-la-Rogue (fermes du Tourp, de la Cotentine et de la Bellegarde[15]), et les terres du comté de Beaumont à Digulleville (La Chesnée, le Grand Bel, Rantot).

Le mouvement d’effacement de la propriété noble s’est poursuivi jusqu’à la vente des ultimes vestiges du domaine de la Hague, les ferme de la Bellegarde et du Tourp, au début des années 1970. Une page d’histoire – de plus de quatre siècles -, était tournée[16].

François Millet, l’entrée du manoir du Tourp (musée Thomas Henry, Cherbourg). Le Tourp est resté au moins 6 siècles dans la même famille, des Carbonnel aux Traynel

 

 


[1] L’application des notions de “grande” et “petite propriété” appliquées au secteur géographique de la Hague fait l’objet d’une analyse dans l’étude à partir de laquelle cet article a été rédigé.

[2] Parmi les non-résidents : Jean François du Mesnildot, seigneur et patron de Flottemanville-Hague, Bonaventure de Mauconvenant (Vasteville), Charlemagne de Couvert de Coulons (Auderville).

[3] Jean Marie Feuardent d’Eculleville (Eculleville 1743-Martinique 1796), officier de marine, mort aux Antilles, est l’oncle d’Hilarion Feuardent, dernier seigneur d’Eculleville.

[4] Lemarois (Bricquebec 1766- Paris 1836) aide de camp de Bonaparte, général de division et comte d’Empire (1806).Riche par son mariage et les dotations impériales, à sa mort sa fortune est évaluée à “seulement ” 404 000 francs mais la dot de sa fille s’est élevée à 500 000 francs. Ses descendants ont intégré, par leurs alliances, la haute noblesse d’Ancien Régime. Il est, notamment, le trisaïeul des physiciens Maurice et Louis de Broglie (prix noble de physique 1929).

[5] Les deux sœurs et héritières de Louis II de Grimouville, marquis de la Mailleraye, mort en 1685, abandonnent sa succession (fiefs sis à Urville, Querqueville et Nacqueville) à Nicolas Doublet, Conseiller du Roy, qui s’en débarrassera rapidement.

[6] L’exercice de fonctions dans la Maison du Roi ou des princes du sang autorise certains à se parer de la distinction d’écuyer (noblesse commensale). On en trouve de rares exemples dans la Hague : à Auderville, Le Parmentier, gentilhomme de la garde écossaise dans les années 1660 et 1670, neveu d’un secrétaire du roi (charge anoblissante), à Sainte-Croix Le Filliastre, garde de la porte du duc Philippe d’Orléans (régent du Royaume de 1715 à 1723). Mais le titre ne se transmets pas à leurs héritiers. Une famille comme les du Bosc, sieurs de Gruberts à Digulleville, proches de la noblesse locale et ayant donné un brigadier des armées royales à la fin du règne de Louis XIV, n’a jamais acquis un de ces offices de finances susceptibles d’amener à l’anoblissement (et l’expatriation). Les du Bosc (et leurs héritiers Le Saulnier) sont restés à Digulleville, propriétaires fonciers aisés (une quarantaine d’hectares) et capitaines de la paroisse durant 150 ans mais roturiers toujours.

[7] Dont Jacques François de Feuardent, à Jobourg, marié et est père de 10 enfants. En 1729, les divers rameaux des d’Ozouville, à Branville, Sainte- Croix et Tonneville, comptent au-moins 22 personnes. Dumouriez, alors commandant de la place de Cherbourg, demande en 1783, un secours de 1000 livres pour Feuardent, père de 8 (et bientôt) 9 enfants. En 1776, les principaux habitants de Branville, seigneur en tête, sollicitaient une exemption de taille pour Jean François d’Ozouville, sieur de Faussigny, père de six enfants. Jean Baptiste Hervieu, seigneur du Val Ferrant à Gréville (1721-1792) a dû, comme le père de François de René de Chateaubriand à la même époque, « abandonner sa patrie et (de) voyager d’un pôle à l’autre pendant près de quinze années pour avoir le nécessaire … » (procès de Jeanne Charlotte Guéroult veuve Hervieu, et sa belle- sœur, demoiselle Guéroult d’Auberville contre Mrs Le Sens de Neufmesnil, début des années 1750 et rôles de la Marine 1748 et 1749, Archives maritimes, Cherbourg).

[8] Un rameau s’est cependant maintenu en quittant le terroir familial : Guillaume François (1794-1859), « comte » d’Ozouville (branche des sieurs de Beuzeval, à Branville), marié en Mayenne et l’un des dirigeants du parti légitimiste et catholique du département. Son action militante aboutit à la création d’un évêché à Laval (depuis le Concordat, la Mayenne était incluse dans l’évêché du Mans).

[9] Le seul cas de réinvestissement – apparent – de la noblesse concerne le “comte” Nicolas Michel d’Annoville, marié à une des deux filles de Gottlieb Stürmer, natif de Revel (actuelle Estonie), négociant enrichi par le commerce du bois de la Baltique, acquéreur, sous l’Empire, de 245 hectares en biens de la noblesse dans le canton et ses marges, à Auderville (ferme de Coulon) Flottemanville, Tonneville, Sideville. Michel d’Annoville, conseiller général sous le Second Empire, continuera d’investir dans le canton (La Buhotellerie, auparavant la Prairie, vendue par les dernières de Mary de Jobourg à Le Buhotel, épicier cherbourgeois, très actif politiquement, et enrichi, durant l’épisode le plus violent violent de la Révolution, 1793 et 1794) A sa mort(1878) , la valeur de ses biens fonciers est estimée à ,384 837 francs  

[10] Dans le cadastre “napoléonien”, les Choiseul et la commune possèdent 88 hectares en commun.

[11] Greffier de la justice de paix du canton de Beaumont (1836-1865).

[12] Du Saussay (Urville 1796 – Oran 1874), célibataire, a entretenu une liaison de plus de 20 ans avec la fille d’un laboureur pauvre de Gréville. Il l”épouse à la veille de sa mort (1848) et reconnait le fils né cette liaison.

[13] Le développement de l’agglomération de Cherbourg et l’ouverture de la ligne de chemin de fer Paris-Cherbourg ont été des facteurs déterminants. L’exode rural également, dans la mesure où il a réduit le nombre des micro-exploitations et fait émerger ‘une classe de moyens propriétaires-exploitants.

[14] La transformation de l’agriculture de la Hague, sous le Second Empire, a démarré sur la côte nord (de Querqueville à Urville), notamment parmi les fermiers du comte de Tocqueville. Celui-ci a été un membre très actif, puis président, sous le Second Empire, (de la société d’agriculture de l’arrondissement de Cherbourg (CF l’étude dont cet article est extrait).

[15] La grande ferme de l’Epine Due est vendue dès 1865 à François Jean natif de Digulleville, enrichi comme fabricant de chapeaux à Paris (Cf ” les chapeliers de Digulleville dans les luttes sociales à Paris au XIXe siècle”, Cahiers de GENEA50, n° 5, novembre 2022).

[16] Ces fermes sont vendues par deux filles et héritières du marquis Jean de Traynel (1885-1966), petit- fils de Coralie Erard de Belisle. Celle-ci était la sœur d’Emélie, épouse d’Hippolyte de Tocqueville. En sec ondes noces elle épousa Armand, comte de Bricqueville (1785-1844), député libéral de l’arrondissement électoral de Cherbourg (1827-1837, 1841-1844), ami personnel et politique d’Alexis de Tocqueville.

Une réponse sur “Evolution de la propriété foncière de la noblesse dans le canton de Beaumont-Hague du XVIIIe au XXe siècle”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *