Attentat contre Louis XV

7.- Fait historique
     
Les réseaux sociaux ont bien fonctionné en 1757, entre Paris et la Province…. Et le vicaire de Notre Dame du Touchet consigna cet attentat dans le registre paroissial.

A partir de 1748, la popularité de  Louis le Bien-Aimé baissait dans le cœur des Français et le mécontentement s’amplifiait… Jusqu’à ce jour de 1757 où, le Roi se rendant au chevet de l’une de ses filles malade, survint ce dramatique épisode. C’était la première tentative de meurtre sur la personne d’un Roi de France depuis l’assassinat d’Henri IV. Merci à Denis Colmon (notre éditeur/magicien Cormau) d’avoir ouvert cette page deux cent soixante ans après les faits. M.Duthy

« en l’année mil sept cent cinquante sept le cinquième
jour de janvier Louis quinze Roy de France et de Navare fut
blessé à Versailles sur les cinq à six heures du soir comme il
montait en carosse pour aller à Trianon, un homme infame
et execrable nommé Damiens du païs d’artois porta au Roy
un coup de poignard, si le poignard avait avancé une ligne de
plus, s’en était fait de la vie du Roy qui est infiniment cher
à tous les bons français ; dans toute la France on a reconnu
la protection visible du ciel sur les jours précieux du Roy –
Les évêques de Bretagne établirent une feste des anges gardiens
qu’on celebrera tous les ans dans leur province le cinquième
jour de janvier, et nous dans notre diocêze nous avons chanté
très solennellement une grande messe et un te deum en
actins de graces de la conservation de la vie du Roy. L’infame
Damiens fut pris et arresté sur le champ, Le mois de mars
suivant on lui fit souffrir d’horribles supplices sur la place
de greve à paris, on dit que dans ses tourmens il criait, maudit
argent, tant il est vrai de dire,
                Auri sacra fames quid non mortalia cogis
 
                 Pectora ?
 On n’a point divulgué quels étaient ses complices, l’histoire
Pourra l’apprendre dans la suite des tems. »
 

 Notes :

Notre Base : https://gw.geneanet.org/genea50com_w
Registre de Notre Dame du Touchet : Page 175/254
https://www.archives-manche.fr/ark:/57115/s005e5d5b076bb82/5e5d5b0c5a50f
Auteur du texte : Soit le Vicaire Breillot, soit le Curé Sibor.
Louis XV :  dit le « Bien-Aimé » né le 15.02.1710 et mort le 10.05.1774  à Versailles, Roi de France du 01.09.1715 jusqu’à sa mort. Il était l’arrière petit-fils de Louis XIV.
Robert-François Damiens : né vers 1715 peut-être à Arras, Pas-de-Calais, domestique de plusieurs Parlementaires en 1757.
Le texte :  «  si le poignard avait avancé une ligne de plus » :
Historia : https://www.historia.fr/carte-blanche-%C3%A0-franck-ferrand/lattentat-de-damiens-contre-louis-xv
 L’agresseur n’a fait usage que d’un canif pliant à deux lames ; or il a choisi la plus petite : huit de nos centimètres.
 « dans ses tourmens il criait, maudit argent » : Pourquoi criait-il cette phrase ? Avait-il été payé pour son acte et le regrettait-il ? En voulait-il à tous les argentés du Royaume ? 
Notre Curé connaissait Virgile : « Auri sacra fames quid non mortalia cogis Pectora ? » Virgile, Énéide, liv. III, v. 57
Pierre-Yves Jolivet nous en donne la réponse : c’est un vers extrait de l’Enéide de Virgile : “quid non mortalia pectora cogis, auri sacra fames” ‌(À quoi ne contrains-tu les cœurs mortels, maudite faim de l’or )
A lire : Historia : vous en saurez plus sur le contexte de l’époque
https://www.historia.fr/carte-blanche-%C3%A0-franck-ferrand/lattentat-de-damiens-contre-louis-xv
Robert François Damiens semble à présent confus de la secousse qu’il a générée. Il a fait transmettre à sa victime une lettre assez touchante, accablante à vrai dire pour un certain nombre de parlementaires qui, sans le savoir ou le vouloir expressément, lui ont inspiré son geste insensé… Oui, plus on l’interroge, et plus il apparaît que ce pauvre hère s’est laissé exalter par la colère ambiante ; à force de servir, en tant que laquais, dans les milieux parlementaires, Damiens a fini par faire siennes les imprécations incessantes qu’il a pu y entendre à l’encontre du souverain, et les malédictions de toutes sortes. Jusqu’à les prendre au pied de la lettre… Par quel accès de folie est-il passé à l’acte ? Les transgressions de cet acabit conservent leur part de mystère…
 Voir aussi :  http://www.chateauversailles.fr/decouvrir/histoire/grandes-dates/attentat-damiens-contre-louis-xv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *